"Aux sources du temps" d’Alain Leboutet

Voici un livre qui, comme la langue d’Ésope, est capable du meilleur comme du pire. Il y a là plein d’imagination, plein d’idées, une science-fiction saupoudrée d’un soupçon de fantasy.

Une entité éternelle flottant dans un éternel univers…
Arm, un riche homme d’affaires qui rencontre dans une taverne une femme au charme ambigu au service de laquelle, moitié curieux, moitié séduit, il acceptera de mettre son vaisseau à disposition. Large disposition puisque, en fin de compte, l’étrange Palm est suivie de toute son équipe. Elles sont six, six militaires qui après avoir enquêté sur de bizarres disparitions de vaisseaux et avoir été écartées, ont envie de reprendre les recherches pour leur compte.
Elles rencontreront des alliés dans cette quête, et aussi d’étranges peuples conquérants qui s’appuient sur une partielle maîtrise du temps. Et toutes, avec l’aide d’Arm, avec celle du peuple nomade et à travers des errances dans des mondes oniriques, finiront par remonter à la source… aux sources du temps, et au Maître qui en gère le débit, dieu indéfini et désabusé…
Résumer un livre aussi foisonnant n’est pas aisé mais de ce qui aurait pu être plein d’intérêt pâtit grandement de l’édition. D’une part, parce que la longueur du texte lui fait pratiquement perdre toute la force créatrice de l’auteur. Il y a des livres qui demandent un très gros travail d’allègement, c’est ici le cas. D’autre part, et c’est le pire, il n’y a visiblement pas eu de relecture… passe une ou deux coquilles. Des fautes quasiment à toutes les pages, des confusions de terme – confondre spectre et sceptre, cela passe une fois, pas deux à quelques pages d’intervalle – ou même de personnages d’un chapitre à l’autre. Bref, du gâchis, et c’est bien dommage. On ne peut qu’espérer à l’auteur, qui a obtenu pour cet ouvrage un prix du meilleur roman de science-fiction 2005, soit de s’appuyer sur un véritable éditeur, soit de s’entourer d’une équipe exigeante lui permettant de développer son imaginaire plutôt que le noyer.

— Hélène, le 16/4/07

France Europe Éditions
593 pages – 25 €
ISBN : 2-84825-093-3

%d blogueurs aiment cette page :