"Claymore" de Norihiro Yagi

Qu’est-ce qu’une Claymore ? Il s’agit d’une jeune femme employée par une société secrète afin d’éliminer des démons qui ont la capacité de prendre forme humaine. Pour cela, par un processus à priori douloureux (l’auteur n’a encore rien dévoilé là-dessus), on transforme ces jeunes filles en mi-démone, mi-humaine. En effet, les démons, étant pour la plupart extrêmement résistants et disposant d’une bonne capacité de camouflage, seuls des hybrides peuvent les traquer et les affronter à l’aide d’une énorme épée à deux mains : une claymore (d’où le nom).

Nous suivons dans les deux premiers volumes les pas de Claire, une Claymore, dans ses missions quotidiennes, sa rencontre avec Raki, un adolescent — seul individu à disposer de suffisamment de courage pour l’approcher et rester à ses côtés. Dans les trois volumes suivants (environ), nous approfondissons le passé de notre héroïne, son premier contact avec les démons, Thérèse la Souriante — une Claymore mère adoptive — et l’Organisation.

À la lecture du pitch, on est tenté de penser « Oh ! Un Berserk au féminin ». Certes l’action est reine, l’ambiance sombre, les démons présents et fort antipathiques, mais la série possède des atouts supplémentaires vraiment intéressants.

Le passé de Claire, creusé sur près de trois tomes, nous montre la volonté de l’auteur de développer son héroïne au-delà des poncifs habituels au manga. Les dessins sont réalisés avec beaucoup de soin, ceux en pleine page révèlent tout le talent de Norihiro Yagi. Les intrigues à peine esquissées sur l’origine de l’Organisation, la méthode de création des hybrides, la quête personnelle de Claire, sa confrontation à l’humanité représentée par le personnage de Raki, promettent énormément.

Le seul petit détail que l’on pourrait reprocher au mangaka est d’avoir laissé un peu trop traîner le combat du milieu du volume 4 qui ne s’achève que dans le 5, bien que cet épisode soit contrebalancé par son importance sur la destinée de notre héroïne.

Pour résumer, un manga plutôt violent disposant d’un développement des plus prometteurs. Un bon divertissement sans prise de tête qui va en se bonifiant.

— S. Menure

Editions Glénat
Type : Manga / Shonnen
Volumes : 5 en France (en cours) / 12 au Japon (en cours)