"Dragons d’une aube de printemps – Chroniques de Dragonlance III" de Weis & Hickman

Voilà, j’ai refermé le dernier tome des Chroniques de Dragonlance.

Avant toute chose, un petit rappel s’impose : les héros de la Dragonlance forme une sorte de famille autour du vieux Flint bourru, une fratrie désassortie qui se distend au fil des épreuves. Il y a les jumeaux Raistlin et Caramon, Tanis le demi-elfe, Tass l’insouciant…

Si le tome 2 nous avait beaucoup fait voyager, mettant en scène les figures de la Chevalerie ou Gilthanas, le frère de l’Elfe Laurana, et son amour pour un délicieux dragon d’argent, ce tome-ci est plus confidentiel, se composant autour du petit groupe de héros.
La première partie va donc nous faire vivre un tournant décisif de la guerre : le camp des « gentils » a repris espoir. Les dragons du bien sont entrés en scène ; Laurana, l’Elfe insouciante devenue guerrière, prend le titre de Général doré à la tête des armées. Et c’est là que l’on retourne à l’individu, grain de poussière dont chaque action va influer sur le monde.
Laurana, amoureusement naïve, va se laisser piéger par Kitiara, son reflet maléfique : l’Elfe blonde et l’humaine brune, toutes deux éprises de Tanis, toutes deux femmes de pouvoir.
Tanis, Caramon, Tass et Flint, accompagnés de la rousse Tika (à croire que chaque femme a sa couleur), vont laisser derrière eux Lunedor et Rivebise, le couple de barbares, pour partir libérer Laurana tout en essayant de percer le mystère de Berem, l’homme éternel qui semble un enjeu majeur dans la guerre qui fait rage.
Dans la famille adoptive, chaque membre suit donc désormais son chemin, Raistlin partant le premier dans une voie très personnelle.
Finalement, ce troisième tome, tout en nous conduisant vers la fin de cette guerre commencée en automne, ressemble beaucoup à l’envol des oiseaux hors du nid : Tanis va devoir mûrir, Caramon devra trouver son individualité…
Car, si la Dragonlance a bien une qualité, c’est celle de ne pas être répétitive : chaque saison est vécue pleinement, différemment.
Cette trilogie ne peut donc pas se lire comme trois romans indépendants : si vous tenez ce tome entre les mains, c’est que les deux précédents vous auront suffisamment séduits.
Si vous avez aimé le souffle de l’aventure des épisodes précédents, vous ne devriez pas être déçus.
Un regret cependant : même si le monde de Krynn représente une équipe de plusieurs auteurs, et donc la perspective de plusieurs livres, on peut déplorer que l’histoire de Raistlin, fondamentale dans le déroulé de l’intrigue, ne soit qu’à peine évoquée (car le sombre personnage sera le grand absent cette fois-ci). C’était sans doute souhaitable en terme de marketing, pour vendre ensuite d’autres aventures, mais ça laisse une impression d’inachevé quand on referme le bouquin.
Donc la fin de l’histoire vous attend, fin nuancée puisqu’elle s’ouvre sur de nouveaux horizons, nos personnages n’étant qu’à un tournant de leur existence et certainement pas déjà prêts à rentrer chez eux pour se marier et faire beaucoup d’enfants.
Sybille
Traduit par Aude Carlier

Milady

ISBN : 978-2-8112-0029-9
21,50 €