"Élévations" de David Brin

Avant de parler de cet ouvrage, il est plus que nécessaire de décrire tout l’univers où il évolue.

Dans un futur proche, l’humanité a réussi à atteindre les étoiles et a découvert qu’elle était loin d’être seule. En fait, il y a un monde fou. L’espace grouille de vies intelligentes. Dans les autres récits l’Homme est toujours ou plus évolué, ou moins évolué, ou au même niveau. Que se passerait-il si en fait tout est vrai à la fois ? C’est le cas ici.
Certaines civilisations sont plus en avance, d’autres moins. Certaines dominent les autres. Certaines cherchent à se révolter. Tous les modèles existent et luttent entre eux. Le seul accepté et reconnu de tous est celui de l’« élévation ». Les races évoluées, les « patrons » prennent sous leur aile protectrice des races faibles, les « clients », pour leur permettre d’atteindre elles aussi le même niveau… En particulier en effectuant des modifications génétiques. Naturellement, ce n’est pas par pure bonté d’âme. Les clients sont soumis à leur patron et pendant des lustres leur doivent obéissance et travail … Certains s’affranchissent, d’autres non.
Et la race Humaine là-dedans ? Ben, c’est le vilain petit canard. C’est la seule race (tada !) qui a atteint le niveau de Patron sans être passé par le statut de Client. Avoir la capacité de voyager dans les étoiles le lui a apporté. Et certains ne le voient pas d’un bon œil. Cela remet en cause leur rôle.
Situation tendue.
Ah ! Au passage, l’Homme a fait joujou avec le patrimoine génétique de races animales et a ainsi amené à la Sapience les Chimpanzé et les Dauphins. Ces derniers sont donc devenus des races « clientes ». Là, un vaisseau d’exploration terrien a trouvé une chose qu’elle n’aurait pas dû. Moralité : Toutes les races aliennes (ou presque) se sont liguées contre nous. La guerre a commencé.

Vous suivez toujours ? Bravo ! Et ouf ! Le contexte est terminé. L’histoire qui nous intéresse commence.
Sur une planète non encore touchée par la guerre, les humains ont manipulé les Gorilles pour les élever au titre de nouvelle race cliente. Mais tout ce petit monde se retrouve assiégé. Que va-t-il arriver ? Les passions s’exacerbent.
Par rapport au contexte, le résumé peut paraître rapide mais c’est qu’ensuite cela devient assez compliqué et il n’est pas étonnant que cela soit si long. Voire un peu trop…
Disons que, parfois, cela sent un peu le délayage et c’est dommage. L’auteur a trouvé un bon filon et l’exploite jusqu’à la lie. Dommage.

Pour les fans, sinon pour ceux qui auront eu le courage d’arriver jusque-là.
« Marée Stellaire » est le premier tome et raconte une partie de l’odyssée du vaisseau qui a eu le malheur de trouver ce qu’il n’aurait pas dû. À mon avis, c’est le meilleur de la série.
Second dans l’ordre d’intérêt, « Jusqu’au coeur du soleil » évoque le début de la cohabitation avec les extraterrestres.
« Rédemption », enfin, est consacré à l’histoire d’une planète qui héberge les oubliés du système et va, à son grand désespoir, revenir sous les feux de la scène.
Après, désolé, mais j’ai laissé tomber…

— Philippe Halvick

Éditions :
– J’ai lu (deux tomes)
– SF Folio
ISBN : 2-07-030754-9

%d blogueurs aiment cette page :