« Étoiles d’albes – Les Elfes II » de Bernhard Hennen et James Sullivan

0903-elfes2Malgré quelque amertume, le Jarl Mandred ne pourrait demeurer à Firnstayn dont Alfalas, son fils désormais adulte est le nouveau Jarl. Le temps ne retourne pas en arrière et sa place est désormais aux côtés de Farodin et Nuramon, ses compagnons elfes qui restent ses seuls amis, même s’il existe entre eux trop de méfiance pour qu’on puisse réellement parler d’amitié en dépit de toutes les épreuves traversées ensemble.
Du moins, ce retour en terre elfique, juste en cette Nuit d’Argent auquel aucun homme n’a jamais assisté devrait être l’occasion d’un triomphe. Ce ne sera pas le cas. Si la mission confiée par Emerelle, la reine des elfes, s’est bien achevée par la mort de Guillaume, le fils du démon, ce n’est pas de la façon qu’elle désirait. Et parce que cette différence pourrait changer l’avenir du royaume, elle a veillé à fermer toutes les portes, emprisonnant ainsi les deux elfes et leur compagnon humain. Toutefois, aucun d’entre eux n’est disposé à le supporter. Farodin et Nuramon car ils ne renonceront jamais à rechercher Noroelle que la reine a bannie dans les Mondes brisés. Mandred, parce qu’il estime devoir les accompagner.
Où la volonté est présente, le destin suit et tous trois s’échapperont grâce aux conseils du chêne-faune qui dépérit en l’absence de Noroelle. Mais passer par une Étoile d’Albes n’est pas forcément une solution facile quand on se retrouve dans un désert. Et si même la grande endurance des elfes touche à son point de rupture, que dire du sort d’un homme ?
Mandred y survivra, assurément, c’est toujours la « condition inconditionnelle » d’un roman mais leurs chemins se sépareront car Farodin s’obstinera à rechercher chaque grain de sable du sablier qui fut brisé par la reine lors du bannissement de Noroelle et Mandred l’accompagnera. Mais Nuramon, lui, continuera à chercher les sentiers d’Étoiles d’Albes qui pourraient lui ouvrir la porte du Monde brisé.
Chacun trouvera des épreuves et des lumières inattendues avant de se retrouver à Firnstayn pour une nouvelle quête. Pas la dernière bien sûr car, ici aussi, les auteurs sacrifient à la mode et, s’il est certes quelques romans dont on souhaiterait connaître toujours plus, il est dommage qu’en fantasy la multiplication des tomes soit quasiment devenue systématique sans que le fond le justifie vraiment. Ce n’est pas qu’il manque de jolies trouvailles, telle que la demeure de Nuramon ou la conception de la vie des enfants des Alfes noirs mais, malgré tout, les personnages n’évoluent guère. C’est particulièrement surprenant dans le cas de Mandred, un humain malgré tout, alors même que la quête se déroule sur plusieurs années.
Bref, un roman assez agréable pour qu’on souhaite en connaître la fin, mais sans l’impatience qui l’aurait hissé au-dessus de tant d’autres.

Milady
ISBN : 978-2-8112-0088-6
324 pages – 20 €

%d blogueurs aiment cette page :