« Farlander » de Col Buchanan

farlanderAsh est vieux. Il est malade. Mais c’est un rōshun, un assassin d’élite et il se doit de prendre un apprenti auquel transmettre tout son savoir. Il choisira, presque par hasard, un adolescent se disposant à le voler, Niko. Non que le jeune homme soit vraiment malhonnête mais, dans une cité assiégée depuis des années par les armées de l’Empire, le vol n’est plus tout à fait un choix.
Ainsi, Niko suivra-t-il la voie des assassins. Des assassins bien particuliers en vérité puisque leur rôle est d’éliminer ceux qui attenteraient à la vie de leurs protégés. Une protection symbolisée par un sceau qui suffit en général à mettre son porteur à l’abri tant la réputation des rōshuns est établie.
Cependant, que pèsent la prudence et la terreur qu’ils inspirent devant la simple stupidité vaniteuse ? C’est l’héritier même de l’Empire qui sera incapable de réfréner ses envies de meurtre devant une jeune fille portant le sceau.
La protection dont il jouit est telle, cependant, que nombre de rōshuns périront dans leur tentative de vengeance. Mais Ash, lui, n’a plus rien à perdre, c’est pourquoi il va s’engager à son tour entraînant avec lui son apprenti.
C’est un roman qui se démarque vraiment. Parce que les personnages en sont attachants et d’une grande densité, y compris ceux des rôles secondaires. Parce que les lieux eux-mêmes, que ce soit la ville assiégée, l’école des assassins ou le centre vital de l’Empire, sont bouillants de vie. Parce que Ash, un farlander – l’étranger noir venu d’une île lointaine – est l’archétype même du héros, tout à la fois au-delà des hommes ordinaires et soumis à leurs faiblesses.
Bref, je dirai que j’ai particulièrement aimé ce livre qui est « fini », en soi, sur une note particulièrement émouvante en dépit de certains développements inachevés. C’est donc avec plaisir mais aussi avec surprise que j’ai appris l’annonce d’un deuxième tome dont il reste à espérer qu’il soit à la hauteur du premier vu le talent déployé par l’auteur.
À conseiller donc, et, pour les lecteurs qui se soucieraient d’étiquettes, pas seulement aux amateurs de fantasy.

Éditions Bragelonne
Lu sur épreuves non corrigées
482 pages – 22 €
ISBN : 978-2-35294-482-9

%d blogueurs aiment cette page :