« Foudre de guerre – Chroniques du Grimnoir III » de Larry Correia

foudreCe troisième tome qui clôt Les Chroniques du Grimnoir en garde tout à la fois l’énergie et la drôlerie. Celle-ci est peut-être un peu moins soutenue, tout simplement parce qu’un troisième tome perd toujours un peu question nouveauté, mais l’action le reste assez pour être tout à fait distrayante.
Avec un nouvel ennemi auquel Jake Sullivan est amené à faire face cette fois. Si redoutable qu’aient pu être ses prédécesseurs, ils n’en étaient qu’une avant-garde et un avant-goût. Okuba Tokugawa, lui-même avait sous-estimé le danger. C’est l’humanité toute entière qui est menacée. C’est bien la préoccupation première du président Roosevelt, sauf que lui-même et ses conseillers regardent le doigt quand le sage montre la lune. S’ils se focalisent sur les « actifs » et leurs pouvoirs et ont décidé de les contrôler, ils ne se posent pas pour autant la vraie question du pourquoi de l’apparition de ces pouvoirs.
Il est cependant des guerres qui ne peuvent se livrer de front. Francis Stuyvesant l’apprendra à ses dépens lui qui estimait que sa fortune alliée à la sympathie du président étaient suffisantes pour contrer sa politique.
Jake Sullivan n’a pas de ces états d’âme. Profitant de la faveur momentanée d’Hower, le directeur du FBI, probablement ravi de l’éloigner, il recrute avec soin l’équipe à embarquer sur la Voyageuse. À commencer par un psychopathe notoire, Wells, un tueur actuellement emprisonné dans la section spéciale de la prison de Rockville.
C’est avec un équipage fin prêt que le dirigeable entamera son voyage vers une base glacée de Sibérie, et ceux qui n’auraient pas été tout à fait préparés le seront en route par Toru. Pas de bonne grâce ni pour les uns ni pour les autres mais Toru sait ne pouvoir retrouver son honneur qu’en obéissant aux ordres de son père, quoi qu’il lui en coûte. Quant à ceux qu’il doit former, ils savent qu’il n’est meilleur entraîneur pour affronter l’Imperium qui ou quoi que ce soit en tire désormais les ficelles.
Pendant ce temps, Faye va rencontrer Jacques Montand, comme l’avait souhaité Murmure, même si les circonstances ne sont pas celles qu’elle aurait souhaitées. Le vieil homme est en effet le seul qui puisse aider la jeune fille à en apprendre davantage sur ses pouvoirs et les risques terribles qui l’accompagnent.
Leurs périples les conduiront par les chemins fort différents dans une Shangaï d’opérette où ils finiront pas attirer l’ennemi en le prenant à son propre piège. Sauf qu’il ne faut pas grand-chose pour que les chasseurs et leurs proies échangent leurs places quand de telles forces sont en jeu.
Un grand déploiement d’énergie et de rebondissements dans lesquels l’auteur s’amuse même à glisser un brin de bluette entre son héros et Lady Origami.
De la détente à l’état pur, en somme. Que demander de plus ?

Éditions L’Atalante
445 pages – 23€
ISBN : 978-2-84172-674-5

%d blogueurs aiment cette page :