« La Brigade chimérique – I et II » de Serge Lehman et Fabrice Colin

brigadechimerique1 3Dans des années Trente phantasmées, héros et vilains s’affrontent pour la domination de l’Europe. La fille de Marie Curie enquête sur les projets nazis du diabolique docteur Mabuse, qui rêve de race supérieure….
Pour le vrai passionné de littérature populaire, les héros, anti-héros et méchants du passé ont autant d’importance que ceux d’aujourd’hui. Il est toujours agréable de vérifier que les héros sont éternels. Pas seulement ceux de l’univers américain (pulps, comics), mais aussi ceux d’origine européenne, et plus particulièrement francophone. Contrairement à une idée plus répandue qu’on ne le pense, la littérature de genre d’un pays comme la France a, depuis le XIXème siécle, produit un nombre invraisemblable de personnages passionnants. Comme Fantômas et Rocambole pour n’en citer que deux. Il y aurait beaucoup à dire aussi de la production pléthorique d’un éditeur comme le Fleuve Noir.
La Brigade chimérique part du même principe que La Ligue des gentlemen extraordinaires : héros et méchants de la culture populaire existent réellement. Leur histoire se mêle initimement à la « grande » histoire dans un univers uchronique. Par exemple, le célèbre Docteur Mabuse du feuilletonniste allemand Norbert Jacques, immortalisé par Fritz Lang au cinéma, est dans cette BD à la tête d’une armée de nazis. Hitler et Himmler semblent quant à eux aux abonnés absents.bc2
Ce goût pour les héros du passé peut se vérifier aussi chez le génial éditeur Rivière Blanche (Les Compagnons de l’ombre, la réédition des Madame Atomos…) ou dans les aventures de Lord Kraven, personnage old school mais totalement inventé par Xavier Mauméjean. Des romans vampiriques et ultra référentiels comme ceux du puits de connaissances Kim Newman ne sont pas en reste.
La série des « Nombreuses Vies », aux Moutons électriques, part aussi du postulat d’un multivers regroupant touts les héros et tous les mythes. Ainsi dans le bouquin sur Cthulhu, on évoque ausi Doc Savage et Bob Morane ! Des sites internet hyper informatifs comme Coolfrench comics participent aussi à la survie du culte.
La Brigade chimérique est un formidable melting-pot de héros classiques, parfois injustement oubliés du même grand public qui les fêtait hier, et de (super)héros inventés (ceux-là mêmes qui composent la Brigade Chimérique proprement dite).
On a ainsi la joie de revoir dans un grand rôle le Nyctalope de Jean de la Hire (maître de la SF ancienne avec notamment La Roue fulgurante), que certains considèrent comme le premier super-héros français (ce qui est à notre avis très discutable). Ici « l’homme qui voit la nuit » (comme Bob Morane !) tient un rôle ambigü, protecteur de Paris peut-être moins légitime qu’il ne l’affirme… Le site CoolFrench Comics n’a pas hésité à dire, sans que nous l’ayons vérifié pour l’instant, que le personnage avait collaboré avec les Allemands dans l’une de ses aventures. Ce qui serait unique puisque les Super-héros américains à la même époque luttaient contre eux ! Le passé réellement collaborationniste de Jean de la Hire rendrait la chose très possible…
Parmi les autres personnages de La Brigade, citons Harry Dickson (en guest-star), l’Homme Élastique de Jacques Spitz (au centre de scènes spectaculaires), Garou-Garou le Passe-Muraille de Marcel Aymé, ici en super-voleur, ou encore le héros de la Métamorphose de Kafka ! Tout cela est très varié on le voit, mais crédible. On est loin d’un vulgaire fourre-tout. Même les américains Shadow, Savage et Superman (sans qu’on prononce son nom) font une apparition remarquée à l’assemblée de surhommes convoquée par l’infâme Mabuse !
La Brigade chimérique I et II sont à la fois un magnifique hommage à la littérature populaire et/ou fantastique et un excellent début de série, dont, certes, l’on ne comprend guère les tenants et les aboutissants (ne doutons pas que cela s’éclaircira ensuite) mais où l’on sent aussi un réel potentiel. Quelque chose de fort, peut-être de grandiose, se prépare.
Lehman (un ancien du Fleuve !) et Colin semblent en connaître un rayon en la matière, et réellement aimer leurs illustres prédécesseurs en littérature d’évasion. Les dessins de Gess sont agréables, quoique moins entousiasmants que le scénario. Au total, La Brigade chimérique est une œuvre pleine de qualités. Espérons aussi qu’elle est le premier pas vers une réédition intégrale des aventures du Nyctalope…
Puisque les héros ne meurent jamais !

Éditions L’Atalante
Illustré par Gess et Céline Bessonneau
48 pages – 11 €
ISBN 978-2-84172- 440-6 et 978-2-841172-474-1

%d blogueurs aiment cette page :