« La Chasse sauvage – Les Chants de la terre I » d’Elspeth Cooper

chants de la terre IC’est au bord du désespoir que le jeune Gair prie dans sa cellule. Mais, alors même que le malheureux se ferme de toutes ses forces à cette musique intérieure qu’il est seul à entendre, il n’y a d’autre alternative que le bûcher pour qui s’adonne à la magie du Chant. Et c’est une faute plus lourde encore lorsqu’on est chevalier de l’Ordre du Suvaeon.
Pourtant, malgré toute l’hostilité du Conseil, le Précepteur ne va condamner le jeune homme qu’au bannissement après l’avoir fait marquer au fer. Encore faudra-t-il qu’il ait quitté la ville le jour même à peine d’être tué à vue. Et il est certain que le chevalier Goran et les siens vont s’y employer.
Mais qui peut connaître les motivations de la clémence du Précepteur ? Ou ses intuitions ?
Car Gair va recevoir l’aide d’un vieil homme, Alderan, qui semble en savoir beaucoup plus sur Gair que lui-même, et plus sur le Chant.
Pour l’heure, il est temps de fuir. Mais au loin, dans les Îles Occidentales, on enseigne encore la puissance du Chant. Il ne leur sera cependant pas facile d’échapper aux sbires de Goran mais ce ne sont pas les seuls à craindre. La sorcellerie est une arme à double tranchant.
Très loin de là, Masen, un des derniers Gardiens du Voile, découvrira combien la trame de celui-ci est devenue fragile entre le monde et le Royaume caché.
Ainsi fera-t-il route à son tour vers les Îles Occidentales pour prévenir les maîtres du Chant avant qu’il ne soit trop tard.
Comme il est de tradition dans le domaine de la fantasy, c’est là une histoire d’apprentissage. Un apprentissage de ses propres pouvoirs en même temps qu’un apprentissage de la vie. Je soupçonne fortement qu’il s’agit là de la nouvelle forme des contes de fées resurgis de quelque lointaine oubliette pour délivrer toujours le même message.
Et l’auteur s’en tire très joliment avec originalité et non sans une certaine poésie issue de la terre, de la vie animale et des forêts. Peut-être parce que qu’effectivement c’est du Chant de la Terre que relève toute magie ou, plus prosaïquement, parce que, maintenant que nous le savons en danger, sommes-nous devenus plus sensible au monde dans lequel nous vivons.
Une lecture plaisante donc pour jeunes et moins jeunes.

Éditions Bragelonne
Lu sur épreuves non-corrigées
28,00 €
ISBN : 978-2-35294-532-1

%d blogueurs aiment cette page :