"La Colline aux mille grottes – Le Cycle de Merlin II" de Mary Stewart

Les rois, tous les rois peut-être, sont ingrats mais ce n’est pas quelque chose dont il faille s’étonner ou que l’on puisse modifier, surtout lorsque, comme Merlin, on a une forte conscience de l’avenir.

Aussi, ce second tome s’ouvre-t-il auprès de la grotte de cristal, celle qui a donné son titre au premier ouvrage et sert tout à la fois de refuge et de retraite à l’enchanteur.
Il a aidé, par la ruse mais non sans courage, Uther à conquérir la belle Ygraine. Celui-ci, assouvi, ne lui en sait aucun gré, d’autant qu’il a appris le décès du mari trompé et que le fils qui naîtra de ces amours ne pourrait que lui rappeler cet épisode plutôt déshonorant. Puis, de toute manière, Uther, le roi suprême, n’a jamais éprouvé une affection débordante envers Merlin… C’est une chose que de savoir que l’on peut faire confiance à son plus proche parent pour préserver son royaume et son intérêt. C’en est une autre que d’éprouver réellement cette confiance, surtout lorsqu’on sait que ce neveu, pour être un bâtard, n’en a pas moins autant de droits au trône que vous, sinon plus, et qu’il aurait très certainement le pouvoir de le prendre.
Ce ne sera donc pas sans appréhension que Merlin souhaitera se voir confier le bébé à naître, ce futur Grand Roi promis par ses dieux ou ses rêves… L’appréhension ne sera pas moindre de la part d’Ygraine – qui n’éprouve d’autre amour que celui qu’elle porte à Uther mais ne supporterait pas que leur premier-né ne fût pas roi –, ni de son époux, pour lequel l’enfant est une gêne mais doit être préservé comme héritier potentiel.
Ygraine, Uther, Merlin… tous trois se ressemblent par leur seul véritable amour, celui du pouvoir. Mais où la première le désire pour elle-même et pour celui qu’elle aime, les deux hommes le veulent surtout pour leur pays… Ils sont du même sang après tout…
Ce nouveau livre nous conduira de la naissance du jeune Arthur à l’épée dans la pierre… et encore, y parlera-t-on fort peu de l’enfance de ce roi puisque, c’est bien connu, son enfance devra être cachée, non seulement pour sa sécurité mais pour celle du royaume.
Alors, me direz-vous, encore un de ces développements dont on ne voit jamais le bout, de ces livres qui ne racontent rien, des pages durant… Eh bien, non. L’auteur ne vous parlera effectivement que de l’attente de Merlin, quatorze longues années, le temps que son jeune protégé grandisse. Pourtant, vous, vous aurez réellement vécu cette attente, respiré dans les sentiers qu’il aura parcourus, douté avec lui du message des étoiles, appris à redouter la traîtrise sans jamais perdre tout à fait confiance…
En fin de compte, ce livre est un de ceux que l’on termine en regardant la réalité avec un autre regard, celui où le passage du vent, la couleur des feuilles ou le chant de la mer deviennent des signes, ceux d’une tout autre réalité, d’une vie puissante dont la vie quotidienne n’est qu’une ombre…
On ne peut donc qu’attendre impatiemment la suite, et d’autres livres de l’auteur, sans négliger pour autant la qualité de la traduction qu’en fait Brigitte Mariot et qui sert parfaitement ce style fluide et vivant.

— Hélène

Éditions Calman-Lévy
ISBN n° 2-7021-3684-2
387 pages – 22,50 €

%d blogueurs aiment cette page :