« La cuisine des elfes, des dragons, des hobbits et autres créatures fantastiques » d’Elodie Guillemin

9782845674691Si l’on me connait un peu, il est difficile d’ignorer ma passion pour la cuisine, passion de même intensité que pour l’imaginaire ou l’écriture.
Côté cuisine, donc, j’aime beaucoup la collection mon Grain de sel de Tana éditions. Ce sont de petits formats carrés aux titres décalés et amusants, comme la Cuisine des fées ou comment faire des merveilles sans être magicienne ou encore JF suédoise ayant fait le tour du monde cherche cobayes.
Au tout début de la collection, j’avais donc acheté le Petit livre de recettes régressives pour gourmets nostalgiques dans lequel, en bonne trentenaire régressive (génération 70s oblige), j’avais souri en découvrant une tarte au citron meringuée aux marshmallows ou des Babybel pânés.
C’est avec le même plaisir que, cet après-midi, dans les rayons du mégastore niçois, je suis tombée sur la Cuisine des elfes, des dragons, des hobbits et autres créatures fantastiques.
L’argumentaire du quatrième de couverture attire par ses mots-clés : jeu de rôle, Gimli, Krynn… On est assuré d’être en terre connue.
L’introduction nous explique ce qu’est la fantasy version « je ne me prends pas la tête », que l’imaginaire, c’est les jeux de rôle, les GN, les MMORPG… et que l’auteure a voulu nous faire découvrir tout ça par la cuisine.
Les recettes sont rangées en fonction du type de créatures : elfe, hobbit, nain, nomade, sorcier et dragon. Et, en début de chapitre, on trouve les descriptions des différents types d’elfes et dragons, quelques desserts hobbits…
A priori, à l’approche d’Halloween, c’est une bonne source d’inspiration pour se concocter un petit menu sympa composé de plats aux noms évocateurs. Ou pour attirer les enfants derrière les fourneaux.
Un petit regret, tout de même, mais la perfection n’est pas de ce monde : sans doute pour ne pas effrayer la ménagère, l’heroic fantasy est devenu « héroïque fantaisie ». Bon, OK, contrairement au monde de la littérature imaginaire, l’anglophonie sonne nettement moins bien dans le domaine de la gastronomie, haut lieu de la fierté française. N’empêche…
En résumé, si vous avez du monde à diner le 31 au soir, servez-leur des Araignées noires dans leur toile :p

Tana éditions
12 €
ISBN : 978-2-84567-469-1

%d blogueurs aiment cette page :