"La Griffe du demi-dieu – Le livre du Nouveau Soleil II" de Gene Wolfe

Au cours de son voyage vers Thrax, Sévérian s’est arrêté à Saltus en compagnie de Jonas. À la demande de l’alcade, il s’apprête à procéder à l’exécution de Morwenna, accusée par la vieille Eusébie d’avoir tué enfant et mari, et du brigand Barnoch qui a été emmuré quelque temps plus tôt.
Le tout se déroulant dans une atmosphère de liesse puisque l’alcade a organisé une foire à l’occasion de l’évènement, au milieu d’une telle foule que le jeune homme, qui a cru y voir Dorcas, ne la retrouve plus mais, par contre, donne les moyens de se libérer à l’homme vert enchainé dans une tente par un montreur de curiosités.
Or voici qu’une lettre de Thècle lui est remise. Elle n’est donc pas morte ? Sévérian, en se précipitant au rendez-vous qu’elle lui donne, y trouvera l’inattendu et, un court instant, la belle Aghia, bien décidée à le tuer.
À peine tiré de ce danger, il sera fait prisonnier et amené dans la forêt auprès de Vodalus, seigneur nécrophage et rebelle, qu’il a sauvé autrefois et acceptera de se faire son messager auprès de l’autarque. Il ne ressortira cependant pas indemne de l’expérience.
Et c’est arrivé au Manoir Absolu qu’il retrouvera la troupe du Dr Talos, sa chère Dorcas, Baldanders et Jolenta, avant de reprendre sa route, après avoir joué un spectacle devant l’autarque mais avec, cette fois, un nouveau but.
Ce deuxième tome du Livre du Nouveau Soleil est donc consacré au voyage entre Saltus et la ville de pierre qui se trouve sur le chemin de Thrax.
Entre temps, Sévérian trouvera l’occasion de lire à ses compagnons, en même temps qu’à nous, des contes de son petit livre brun comme celui de l’Étudiant et de son Fils.
Il y a, dans la manière d’écrire de Wolfe, un « flou » voulu qui se nourrit des souvenirs du personnage, de ses rêves de ses questions, et qui lui donne un charme extrêmement particulier auquel on n’est pas forcément sensible. Pour ma part, j’aime beaucoup. C’est pourquoi je salue le tour de force de Patrick Marcel qui, en « harmonisant » une précédente traduction qui rendait le texte quasi-incompréhensible, permet d’en apprécier dans cette nouvelle édition toute la profondeur.
En effet, sous un déguisement qui oscille entre SF et fantasy, c’est bien une quête initiatique que l’on trouve ici. Le jeune bourreau qui fut puni pour sa compassion, son amour même, envers une des prisonnières de la Citadelle, condamnée, entame à présent un long voyage, sur terre et en soi, dans un monde où les seules réalités secourables semblent être son épée, Terminus est, et la Griffe, pierre précieuse et puissante dérobée sans le vouloir aux soeurs Pélerines.
On ne résume pas Wolfe, on le lit et, en ce qui me concerne, avec beaucoup de plaisir.

— Hélène

Éditions FolioSF
446 pages – 7,60€
ISBN : 978-2-07-039885-0

%d blogueurs aiment cette page :