« La rivière des morts » d’Esther Rochon

RivieredesmortsDans une barque indéfinie sur des eaux grises indéfinies, Valtar erre à travers le marécage primordial. parfois, Sirwala, l’éternelle jeune fille, le rejoint le temps d’une étreinte et ils se retrouvent de vies en vies et à travers l’arc du temps Janh, leur ennemi, les retrouve à son tour.
Lorsque la jeune Laura Fraser, francophone, débarque à Montréal, dans les années soixante, c’est un peu comme si sa vie s’était arrêtée. Certainement, ses parents pensaient bien faire mais, dans cette Ville Mont-Royal anglophone elle a perdu tout ses amis, tous ses repères et il n’est pas jusqu’au vieil orme devant sa maison qui ne lui voue une secrète inimitié.
Douze années durant, la fillette va grandir dans cette ville étrangère et hostile où elle passera le seuil de l’adolescence à travers ses rêves, ou bien des visions. Elle s’y incarnera comme araignée, y croisera son ange gardien ou d’étranges créatures qui la dévoreront avant de rencontrer celui qui la protègera et qu’appelle son désir. Elle errera au bord des terrains vagues pour s’y ressourcer auprès de ce qu’il reste de sauvage en bordure de la cité civilisée. Elle découvrira Lovecraft. Et, un jour, dans une cave, dans les marécages de ses visions, elle croisera une barque et une main se tendra pour l’aider…
Ainsi Laura deviendra-t-elle adulte, partira-t-elle vivre sa vie et oubliera-t-elle tout ceci, comme tous les adultes.
Et quarante ans plus tard, sa vie la rattrapera parce qu’elle sera fascinée par Jahn, dont elle ne cerne pas exactement ce qu’il recherche, et qu’après avoir rencontréValtar et Sirwala, étonnants passeurs de boue, elle assistera aux derniers moments de cette femme, dans un lit d’hôpital, qui lui confiera sa succession.
On retrouve ici tout le talent d’Esther Rochon et cette étrange magie dont elle tisse son écriture et qui la situe dans un univers qui n’est ni tout à fait la réalité, ni tout à fait autre.
Un auteur remarquable avec tout le plaisir de lire que cela suppose.

Éditions Alire
368 pages
ISBN 978-2-8961-50151

%d blogueurs aiment cette page :