"La Ronde des vies éternelles" de Nicolas Cluzeau

C’est là le premier livre de la quadrilogie Le Dit de Cythèle. Où l’on apprendra ce que deviennent les âmes errantes lorsque qu’une strate meurt en même temps que le prince-démon dont elle dépendait. Sont-ce des dieux qui les recueillent ? Sans doute car les mondes de la fantasy et ceux du jeu de rôles se côtoient souvent de bien près.
Ainsi allons-nous découvrir quatre personnages, Brytomarte, l’officière de l’ordre de la Panthère noire, puis Syrmaïl le mage et Eringvard, guerrier nordhommois, changelin proche de la nature, enfin Cythèle Erevoni, prêtresse du dieu des morts. Des horizons différents, des religions différentes, mais pourtant si proches qu’ils vont se retrouver et se reconnaître, certainement pas par hasard, dans une auberge à la croisée des chemins.
Tous quatre, nés le même jour et ayant l’intuition de devoir mourir prochainement, le même jour sans doute, se sont sentis attirés inexplicablement vers Corollis. Une ville dont le chemin est hérissé d’horribles dangers et que l’on ne peut atteindre qu’à l’époque du Festival des fleurs.
Effectivement, à peine seront-ils en route, que leur quête va les mettre face à des horreurs imprévues dont les moindres ne seront pas leurs rêves. Ils atteindront pourtant Corollis pour y trouver un monde des plus étranges, très loin de tout ce qu’ils auraient pu envisager.
En parallèle, nous suivrons Décyrion, jeune mage exalté jusqu’à détruire sa propre famille dans son besoin effréné de pouvoir, mais les alliances avec les démons, ou mêmes les dieux, ne sont jamais telles qu’on les a espérées.
Une très riche imagination et des aventures à l’avenant, mais, pourtant, une lecture extrêmement mitigée. Si entraînante que soit l’histoire, le style ne suit pas. Non par manque de recherche, bien au contraire, mais par excès, tant il est vrai que la sophistication, si elle est supportable pour de longues descriptions de paysages ou de batailles, ne l’est pas du tout quand il s’agit de dialogues et moins encore dans la fièvre d’un combat.
C’est d’autant plus dommage que l’auteur a su camper là des personnages passionnants dans un drame sombre, prenant, et que l’on a forcément envie de les suivre.

— Hélène

Blackbook editions
687 pages – 9,90 €

ISBN : 978-2-915847-91-8

%d blogueurs aiment cette page :