« La Trilogie de Jéhovah » de James Morrow

Dieu est mort ? et alors ? Comment allons nous vivre maintenant sans lui ?
C’est sur ce postulat insolite que s’articule les trois romans de James Morrow, « en remorquant Jehovah » « le jugement de Jehovah » et la fin « la grande faucheuse ».

Le premier tome raconte la découverte du cadre divin en pleine mer. Terrifié par l’impact de la nouvelle de cette découverte sur la conscience du genre humain, le Vatican décide d’affréter un bateau pour aller camoufler ce cadavre encombrant dans les glaces des pôles. Seul un pétrolier a la capacité de le réaliser, vu la taille du cadavre homidien gigantesque. Ce voyage ne tiendra pas de la sinécure et se transformera en véritable voyage initiatique pour tout l’équipage, confronté à la fin de ses croyances religieuses.
Le deuxième tome se place bien des années plus tard lorsque révélé aux yeux du monde, l’encombrant cadavre est poursuivi en justice pour crime contre l’humanité.
Le troisième et (ouf) dernier opus se place encore plus tard. Lors de sa décomposition le corps divin (toujours lui) provoque une épidémie de peste étrange et mortelle dont toute l’humanité souffre. Confronté à la vue de sa propre mort notre civilisation s’effondre. N’est-ce pas là, l’ultime sale blague de Dieu ?

Si le premier livre stupéfie le lecteur et le pousse à dévorer les pages, autant les deux autres sentent le réchauffé et ce malaise s’accroît. Dans ces deux-là, Dieu n’en finit plus de mourir, mais de continuer à gérer l’univers… Les Deus ex Machina pleuvent et foisonnent à la limite de l’écœurement. Quelques scènes relèvent le tout, comme le Diable en train de suivre le procès devant sa télé et de manger du pop-corn, mais ce n’est pas assez pour retrouver le souffle initial.

Malgré tout, ces livres se révèlent très agréables à lire, même si le dernier tome ne donne pas envie d’être rouvert après l’avoir fini. En conclusion « En remorquant Jehovah » est à lire et les deux autres… Et pourtant Dieu sait que je suis un fan de James Morrow !

N.B. : Dans le même style lisez donc plutôt « Notre mère qui êtes aux cieux » du même auteur.

La Trilogie de Jéhovah de James Morrow
traduit de l’américain par Philippe Rouard
1. En remorquant Jéhovah
2. Le jugement de Jéhovah
3. La grande faucheuse

%d blogueurs aiment cette page :