"Lamentation – Les Psaumes d’Isaak I" de Ken Scholes

Nous ne connaîtrons jamais la beauté de Windwir, la cité érudite qui abritait tout le savoir du monde, tout le savoir ancien préservé par les Androfranciens et dispensé selon les besoins de chaque peuple des Terres Nommées. Nous ne connaîtrons jamais ni sa Grande Bibliothèque ni ses jardins car Windwir a été anéantie. Le jeune Neb lui aussi est anéanti car il se tenait à la limite même de la ville où son père était retourné chercher des documents oubliés lorsque celle-ci fut totalement détruite.
Vers ce qui n’est plus qu’un champ de cendres et d’ossements se hâtent tous ceux qui ont vu l’immense colonne de fumée emplir le ciel.

Parmi les plus proches, Rudolfo le roi tsigane et ses éclaireurs, et Petronius aussi qui fut pape et roi de Wyndwir avant de renoncer à sa charge et de se réfugier dans l’anonymat après avoir mis en scène son propre décès. Le prévôt Sethbert encore qui, non seulement, n’a pas la décence de s’en affliger mais se réjouit encore de ce résultat même devant ses soldats et sa concubine horrifiés. C’est dire s’il serait heureux d’entendre le jeune Ned, ramené par ses éclaireurs, lui décrire l’apocalypse à laquelle il a assisté. Par chance (?) le jeune homme en a perdu la parole.
Ainsi, même si la jeune Jin Li Tam, quarante-deuxième fille du puissant Vlad Li Tam, s’est conduite docilement jusqu’alors pour respecter les décisions de son père, est-il peu de chances qu’elle continue à tolérer cet homme répugnant. L’occasion va lui en être donnée lors de la visite protocolaire de Rudolfo.
Et que dire des mécaserviteurs trouvés dans les ruines ? Ces robots tellement évolués qui conservent en mémoire une partie de la Grande Bibliothèque ? Et du quatorzième d’entre eux que Rudolfo a récupéré puis baptisé Isaak ?
C’est une histoire riche et complexe qui se met en place, pleine de complots et de manipulations. Mais qui manipule qui ? Si même tous ne se manipulent pas les uns les autres.
Quel rôle joue exactement Vlad Li Tam, banquier qui tient les finances de l’Ordre androfrancien, entre autres ? Et quel est celui du Roi des Marais qui ne porte pas celui-ci dans son cœur ?
Un bouquin pour lequel j’ai réellement eu un coup de cœur, même si, cette fois encore, il va falloir attendre les tomes suivants. Sa sortie est prévue le 21 mai. Je pourrais donc écrire : Amateurs de fantasy, à vos marques ! mais, en réalité, je n’aime pas les étiquettes, Lamentation est un excellent livre, tout simplement.

— Hélène

Éditions Bragelonne
475 pages – 22 €

ISBN : 978-2-35294-390-7

%d blogueurs aiment cette page :