"Le chant du Drille" d’Ayerdhal

Voilà un résumé succinct pour ne pas dévoiler trop d’éléments.

L’histoire est une enquête policière sur le suicide d’une population extraterrestre, a priori non-violente, sur une planète colonisée par la race humaine. Si les choses s’en tenaient là, cela ne dérangerait pas grand monde dans l’univers « corrompu ». Mais, un élément provoque une enquête : toute la population humaine locale réagit de façon « confuse » à cet événement et menace la routine bien établie.

Une investigatrice est envoyée sur place pour régler les choses sans trop provoquer de remous. C’est sans compter le fait qu’un des anciens amants de cette femme a disparu à cet endroit… et bien d’autres choses.
La mission s’envenime et menace de déboucher sur un élément risquant de briser l’échine de l’univers.

Le tout se dévore sans un temps mort et permet de découvrir un des premiers récits d’un très bon auteur français. Ce texte malgré toutes ses qualités (c’est un livre que je conseille de lire !) souffre malgré tout d’un léger défaut qui m’a un poil frustré. La révélation finale du pourquoi-du-comment se trouve ne pas être à la hauteur de l’attente. Dommage !
Mais à la limite, ce point n’a pas d’importance.
C’est la progression qui compte et là aucune déception ! Fausses et vraies pistes, mensonges, vérités nous plongent dans une atmosphère et lâcher ce livre n’est pas mince affaire.

— Philippe Halvick

357 pages
21 €

%d blogueurs aiment cette page :