"Le cycle de Mithra I" de Rachel Tanner

Dans les années 1500, Judith, fille du duc Morvan de Braffort, coule une jeunesse heureuse en Armorique auprès de ses frères et de Christina, la nouvelle épouse de son père. Elle n’ignore pas qu’à Rome, l’empereur, après que l’hérésie chrétienne ait été pratiquement décimée, entend bien étendre à toutes les provinces le culte exclusif de Mithra, mais Rome est si lointaine ! Aussi, en dépit de son vif déplaisir, ne mesure-t-elle pas immédiatement les changements que va entraîner l’arrivée de Savanarol au château de son père que le prêtre, fanatique, entend bien convertir en même temps que ses gens.

En dépit de son prosélytisme, il va pourtant se heurter à un mur, même si les réticences de Morvan sont entourées de toute la diplomatie nécessaire. Ici, on respecte les dieux mais essentiellement les siens. Et ni Judith ni sa belle-mère ne sont de faibles femmes aisées à convertir. Savanarol va cependant trouver une aide inattendue en Frédérique, une cousine veuve et aigrie que le duc a recueillie ainsi que son fils. Le meurtre accidentel de ce dernier par son cousin, au cours d’une sotte dispute, va faire basculer leur vie à tous.
Pendant que Frédérique, exilée, va partir pour Rome et, forte d’une haine sans mesure encouragée par les prêtres de Mithra, va gravir rapidement tous les degrés du culte pour pouvoir assouvir sa vengeance, les fils de Morvan, par sécurité, vont également devoir s’éloigner.
Quant à Judith, en dépit du chagrin qu’elle en éprouve, elle ne pourra non plus demeurer avec les siens car elle a rencontré un dieu. Quel dieu ? Elle l’ignore mais elle n’oserait désobéir à l’ordre donné : rejoindre la magicienne Ygrene, dans son domaine de Vindossa, et en devenir l’apprentie.
Il ne neige pas à Vindossa, le temps y est toujours doux et les arbres fleuris. C’est un lieu de grand pouvoir, de ce pouvoir qu’Ygrene acceptera d’enseigner à Judith à condition qu’elle obéisse en tout et ne dérange pas son époux, l’énigmatique magicien Laran qui erre parfois avec Vinkey, un lion apprivoisé autant que magique.
Et c’est en ce lieu de pouvoir que vont se réunir les plus puissants de magiciens pour contrer le désir d’hégémonie de Rome qui est, en réalité, celui de Mithra, car même les dieux doivent respecter l’équilibre.
Judith va d’abord être chargée de rechercher l’aide d’Ogmios, le dieu guerrier, dont le pouvoir, comme celui des autres dieux, a diminué en même temps que le nombre de ses fidèles. Il lui faudra ensuite rallier Charles, comte des marches de Germanie, rebelle et proscrit après avoir essuyé une sanglante défaite à Trèves contre l’armée romaine. Et c’est lui qui viendra à son secours lorsque, trahie, elle tombera aux mains du général romain Agrippa sur le chemin du retour. Car c’est bien sur Vindossa que marche une immense armée romaine, aux ordres d’un empereur qui, sur l’instigation du grand-prêtre Eunomos, entend écraser toute résistance.
C’est donc sur ce champ de bataille, où elle va combattre aux côtés de ses frères, que se joue l’avenir des dieux…
Rachel Tannel ne manque ni d’imagination, ni de talent. Ses personnages sont attachants et, si la magie est très présente dans ce roman, l’histoire, telle qu’elle aurait pu être, y tient une place non négligeable. Une bien plaisante lecture, donc.

— Hélène

Éditions Points fantasy
441 pages – 7,50 €
ISBN 978-2-7578-0222-9

%d blogueurs aiment cette page :