"Le Cycle du Ā" d’A.E. Van Vogt

Quand Gilbert Gosseyn se présente pour participer aux Jeux de la Machine, c’est dans l’espoir de gagner son voyage vers Vénus où l’humanité peut vivre dans sa plénitude le modèle non-aristotélicien (le non-A ou Ā), c’est-à-dire en phase avec la réalité, libérée du carcan imposé depuis des siècles à la suite des disciples d’Aristote.
Il va pourtant s’apercevoir très vite qu’il n’est pas celui qu’il croyait être. Balayés le charmant petit bourg d’où il arrive, la charmante épouse qu’il aimait tout récemment décédée. Balayé même ce décès. Il aura suffit qu’un commerçant bien connu de lui déclare ne le point connaître et en assène la meilleure des preuves : l’épouse regrettée n’est autre que Patricia Hardie, la fille du président et, non seulement elle n’est pas mariée, mais encore est bien vivante.
Ce n’est pas la résignation mais bien la facilité avec laquelle Gosseyn accepte de remettre en cause ce moi dont il est si difficile de se détacher qui constitue, à mon sens, une faiblesse de l’intrigue. Il est vrai que sa rencontre (inopinée ?) avec Patricia Hardie, qu’il n’a jamais vue, est un motif valable pour reconsidérer complètement sa situation. Pour autant, Gosseyn ne va pas cesser dès lors de chercher à retrouver ses souvenirs.
C’est à quoi est consacrée la première partie : Le Monde des Ā, laquelle sera suivie des Joueurs du Ā, au cours duquel Gosseyn va pouvoir agir sachant qui il est, et ce qu’il est, réellement. Et il va y en avoir besoin car la Terre et Vénus elle-même sont au bord d’une invasion destructrice, une guerre galactique entreprise par Enro, puissant souverain du Plus Grand Empire, opposé à la Ligue. L’effet de surprise aura joué à plein grâce à la rapidité des armées d’Enro qui dispose du Disciple, atout de poids, qui va lui permettre de transférer la personnalité de Gosseyn à Gordzid, dans le corps du prince Asarshin qu’il a dépossédé de son royaume. Il faut également souligner que connaître l’avenir, même proche, grâce aux Prédicteurs est un avantage non moins considérable.
Ainsi, après une plongée spécifique dans l’esprit de Gosseyn et en avoir exploré toutes les facettes, passons-nous dans un jeu d’échecs à l’échelon galactique. Avec toujours la présence de Patricia Hardie dont il est si difficile de cerner les motivations, et de son compagnon, Craig, dont le comportement n’est pas moins ambigu. Changement total de registre donc, avec une science-fiction qui navigue de la particule Gosseyn à rien de moins qu’un conflit galactique. Mais Gosseyn est-il un simple pion ou la pièce majeure ?
La troisième partie, La Fin du Ā, continue sur la lancée de la guerre en l’élargissant au conflit intergalactique, quitte à y glisser en passant une bluette. Sans doute n’est-elle pas à la hauteur des précédentes auxquelles elle succède avec pratiquement quarante ans de retard, trente en ce qui concerne Les Joueurs du Ā. Il est toutefois remarquable que l’auteur, estimant l’ouvrage achevé, ait cédé aux demandes de « suite » qui lui étaient faites. Ce qui pourrait s’expliquer par un besoin de « clarifier » son propos.
L’ensemble paraît donc ici complet, d’où le titre du Cycle du Ā, avec les deux premières parties dans la traduction qu’en avait faite Boris Vian.
Il serait dommage, compte-tenu de la célébrité et des prix qui ont couronné ce roman, l’un de ceux qui ont réellement « marqué » la science-fiction et est désormais un « classique », de faire l’impasse sur les postfaces de l’auteur. Il y souligne l’importance de la Sémantique générale initiée par Korzybski et qu’il développe là sous forme romancée. Il insiste également sur un deuxième niveau de lecture. Si Le Monde des Ā s’applique à démontrer l’équation personnalité = mémoire, Les Joueurs du Ā s’attache à la vision d’un monde de paix qu’atteindrait une humanité non-aristotélicienne, non-newtonnienne et non-euclidienne. Une utopie, donc, mais Van Vogt était un grand rêveur… et un écrivain sur lequel on ne saurait faire l’impasse.

–Hélène

Éditions J’ai Lu
796 pages – 10,90€

ISBN : 978-2-290-02560-4

%d blogueurs aiment cette page :