« Le Livre du temps – La Quête des livres-mondes III » de Carina Rozenfeld

livre-du-tempsZec, tout jeune adolescent, a découvert un jour qu’il lui poussait des ailes et appris que, contrairement à tout ce qu’il avait jamais cru, il venait d’une planète inconnue, Chébérith, qu’il lui appartenait de sauver.
Une planète d’autant plus inconnue qu’elle a totalement disparu. Elle pourrait cependant être recréée grâce aux Livres-mondes cachés sur la terre et qui la contiennent toute entière avec ses âmes, ses lieux et son histoire.
Les deux premiers tomes de ces livres précieux ont été retrouvés par Zec et ses plus proches amis aidés d’Eyver, chébérien adulte et fortuné, seul capable d’en déchiffrer l’écriture.
Malheureusement, cette découverte a révélé leur existence à l’Avaleur de Mondes qui n’entend pas voir renaître Chébérith après l’avoir fait disparaître. Elle en a entraîné une autre, aussi, car l’ouverture des livres a déclenché de telles distorsions qu’Eyver est depuis plongé dans le coma.
Ce dernier livre de la trilogie commence alors que Zec et ses amis se retrouvent immobilisés par la force des choses. Un message téléphonique va tout bousculer. L’inconnu a travaillé avec Larchael, le père de Léa, et cherche à le joindre. Tous faisaient partie d’une équipe scientifique étudiant les tracés de Nazca au Pérou. La jeune fille, dont le père a disparu voici longtemps va prendre contact avec l’étranger, Lodan. Il s’avère que, lui aussi, est chébérien et pourrait donc les aider. Sans doute la ressemblance entre l’écriture des livres, celle gigantesque de Nazca et les dessins consignés par le père de Léa dans d’innombrables archives que sa mère a soigneusement conservées sans y toucher, n’est-elle pas un hasard.
Et si le troisième livre était caché au Pérou ? Que ce soit Zec ou Eden, jeune chébérienne comme lui, Léa ou Louis, leur chouette copain bien terrien, tous en sont persuadés. De là à persuader leurs parents de les laisser partir à Nazca pendant les vacances scolaires, il n’y a qu’un pas qui sera vite franchi.
Mais l’Avaleur de Mondes les a déjà trouvés une fois et vient de faire une nouvelle tentative contre Zec en s’emparant de l’esprit de sa propre mère. Si la drogue préparée par Eyver permet de le contrer momentanément, il faudrait être vraiment naïf pour croire l’arrêter ainsi au moment où l’on touche au but.
Une gentille histoire dont les super-héros, encore lycéens, commencent à voler de leurs ailes, aux sens propre et figuré. Bons sentiments d’un côté et Mal clairement identifié de l’autre mais sans complaisance dans la violence. Rien d’inoubliable sans doute mais cela se laisse lire sans déplaisir d’autant que ça change agréablement des vampireries en vogue. L’ouvrage a d’ailleurs été doublement primé par le Prix Imaginales des collégiens en 2009 et celui des Incorruptibles 5ème/4ème l’année suivante.

Éditions L’Atalante jeunesse 
221 pages – 14,50 € 
ISBN : 978-2-84172-616-5

%d blogueurs aiment cette page :