« Le Roi de sang – Chroniques du nécromancien II » de Gail Z. Martin

0912-necromancien2couverturenormaleMartris Drayke, prince de Margolan, est bien décidé à reprendre à son frère Jared le trône que celui-ci s’est acquis par un parricide. Il éprouve, certes un besoin de vengeance mais, plus encore, le désir de sauver son peuple des exactions de Jared.
En effet, s’il a pu se refugier en Principauté, à la cour de Stolen, il n’est de jour où il n’apprenne de nouvelles horreurs.
Pour autant, et même s’il a tout l’appui de ce roi dont ses amis et lui-même ont sauvé la fille, Berrie, il sait combien il est encore impuissant pour affronter l’usurpateur soutenu par le pouvoir de Foor Arontala, le plus puissant des mages de sang. Il sait également qu’il dispose de bien peu de temps : à la prochaine nuit de la Lune d’Aubépine, celui-ci va délivrer le Roi d’Obsidienne de l’orbe dans lequel il a été emprisonné en lui offrant son propre corps comme réceptacle, ce qui fera de lui le plus puissant des sorciers ayant jamais vécu.
C’est pourquoi Martris part avec la guérisseuse Carina auprès des Sœurs de la Consœurie pour étudier et affuter ses pouvoirs à travers une multitude d’épreuves. De ce genre d’épreuves dont on assure que, si elles ne vous tuent pas, elles vous rendent plus fort. Et, même en ces lieux protégés, il se heurtera à la malveillance d’Arontala.
Parallèlement, aidés par les conseillers de Stolen, et assurés du soutien de l’Isencroft, la princesse Kiara, Jonmarc Vahanian et même Carrovet, le barde, établissent plan sur plan tandis que Ban Sotérius et Tov Harrtuck forment une armée de mercenaires.
À son retour, et malgré le peu d’espoir qu’il place dans les ces plans, il est temps de prendre la route. Une tentative d’assassinat en rappelle l’urgence, d’autant que la décision de Martris d’épouser Kiara, avec la bénédiction de Donalan, le père de celle-ci, qui légitime ainsi le prince comme successeur au trône de Margolan, est un camouflet de plus pour Jared. Et un camouflet qui ne va pas l’inciter à plus de mansuétude envers ses sujets. Bien au contraire.
Ce deuxième tome, qui s’achève sur une fin suffisamment ouverte pour n’être pas forcément le dernier, narre le voyage de retour en Margolan du prince Martris et de ses amis, précédés par Ban Sotérius et Gabriel, le vayash moru, tous deux chargés de rallier l’ensemble des rebelles : réfugiés, villageois dont les familles ont été massacrées, soldats restés loyaux au roi Bricen et devenus déserteurs, et jusqu’aux nombreux esprits des morts désireux de se venger des massacres perpétrés par Jared. En effet, ce dernier a sous-estimé l’attachement que se portent les familles à travers les générations, tant vivantes que mortes. Au point que même les vayash moru consentiront à apporter leur aide au jeune prince. Ainsi pourra-t-il alors justifier le titre de roi des vivants, roi des morts et des non-morts.
Il ne s’agit sans doute pas d’une fantasy suprêmement originale, encore que les pouvoirs d’invocateur du héros, qui lui permettent d’aider les esprits des morts à gagner leur séjour définitif, le rendent sympathiquement humain, mais d’une lecture plaisante et agréable.
Que demanderait-on de plus ?

Milady
479 pages – 22 €
ISBN : 978-2-8112-0217-0

%d blogueurs aiment cette page :