"Le Soldat chamane VIII – Racines" de Robin Hobb

C’est en deux parties très nettes que se divise ce dernier tome. En dépit de son désir et de sa volonté, sa double personnalité n’a pu conduire Fils-de-soldat à son but mais à des échecs successifs que le refus obstiné de Jamère d’unir leurs esprits laissait prévoir.
Non seulement Guétis n’a pu être totalement anéantie et les gerniens chassés, ce qui laisse le péril à la porte des ocellions, mais encore Likari, le fils d’Olikéa, a été appelé dans la Danse de Kinrove sans que sa mère puisse le retenir. Comment ne serait-elle pas brisée et n’en éprouverait-elle pas de la rancœur envers Fils-de-Soldat, même en remplissant au mieux ses devoirs.
Il ne reste d’autre alternative à celui-ci que solliciter de Kinrove l’harmonisation de ses deux esprits en espérant que la magie de l’Opulent soit assez forte pour y réussir. Cela aura un prix. Et, notamment, la statuette de fécondité, avidement convoitée par le Maître de la Danse et sa première nourricière, qui permettra aussi le rachat de Likari que Fils-de-Soldat a promis de délivrer.
Toutefois, cette tentative pour unir Jamère à Fils-de-Soldat aura des résultats que nul n’aurait su prévoir et leur libération prendra des chemins fort différents.
À la différence des Aventuriers de la mer ou de L’Assassin royal, avec Le Soldat chamane l’auteur a essentiellement centré son roman sur la poursuite de la quête intérieure du personnage de Jamère. Au final pourtant, entre ses atermoiements et ses doutes, celui-ci restera moins attachant que son double qui aura tout tenté, fut-ce en vain, pour préserver son peuple et les valeurs auxquelles il était attaché ce qui en fera peut-être, en creux, un meilleur candidat au poste de héros.

— Hélène

Éditions J’ai Lu
287 pages – 7,60€

ISBN : 978-2-290-02724-0

%d blogueurs aiment cette page :