« Le Souffle d’Aoles – Le Cycle d’Ardalia I » d’Alan Spade

aolesC’est sur une planète lointaine dans l’espace et dans le temps que vit le jeune Pelmen. Un monde de castes très fermées et plus encore dans un petit village. Un monde où il n’y a guère de place pour rêver. Pourtant, parce qu’il s’est lié d’amitié avec le jeune fils des Boisencroix, Pelmen voudrait espérer. Espérer pouvoir suivre Teleg, son ami, puisque Galn, le père de celui-ci, l’a pris en sympathie et lui a même appris à tirer à l’arc. Rêver d’Alicène aussi, la charmante fille de Galn. Mais, par-dessus tout, échapper au chemin tout tracé assigné par son père, Zenel, être coincé sa vie durant dans une tannerie, baigné par l’odeur éprouvante des peaux et des charognes.
Seulement, les tanneurs ne lèvent pas les yeux sur les menuisiers et Zenel est bien décidé à faire passer le goût des voyages à son fils : le meilleur moyen pour l’y pousser Le refus de Zenel précipitera donc le départ de Pelmen. Hélas, comment rejoindre les Boisencroix qui l’ont précédé en Alveg ? La chance, si c’est bien une chance, va jouer en faveur de l’adolescent. Une charrette qui passe. Des inconnus qui l’invitent à s’y cacher… Puis qui vont l’inciter à les suivre en lui proposant un avenir plus lucratif avec, en gage, un précieux morceau d’Ambreroche. Mais Pelmen a des yeux, et, cette fois encore, il va s’enfuir, non sans risques.
Lorsqu’il arrivera en ville, il y trouvera l’aide, inattendue, de son oncle et aussi ses amis. L’espoir de devenir enfin un traqueur, le rêve ! Mais Galn est mourant… que vont devenir Teleg et Alicène ? L’amitié et les liens politiques de son oncle guideront Pelmen dans une tout autre voie.
Une voie dangereuse où il sera amené à fréquenter des êtres dont les affinités les relient à la roche, à l’eau ou, comme lui même et son oncle, à la force du vent, celle du souffle d’Aoles.
Une aventure plaisante, un monde plein d’imagination et, quoique tout personnel, le plaisir d’une langue impeccable. Je n’entends par là ni un style recherché ni des formules précieuses mais bien une écriture comme on aimerait en lire plus souvent. Une qualité qui permet de ne pas limiter la lecture de cette aventure à la catégorie « jeunesse ».

Éditions Emmanuel Guillot
362 pages – 21 €
ISBN : 978-2-915847-80-2

%d blogueurs aiment cette page :