"L’Écho du Grand Chant " de David Gemmell

L’empire Avatar est fortement ébranlé à la suite d’un séisme phénoménal combiné à un raz de marée, entraînant une nouvelle ère de glaciation sur son territoire. Plus grave, ces évènements ont induit la fin des cristaux, source d’énergie indispensable à ces immortels. Face au déclin, les peuples asservis par ces faux dieux se soulèvent, assoiffés de liberté, de justice et de renouveau.

C’est alors que deux lunes apparaissent dans le ciel, annonçant la venue d’un nouveau peuple assoiffé de sang pour sa Reine de Cristal. Les anciens ennemis vont devoir s’allier pour survivre et tout donner face au nouveau fléau qui s’abat sur leur planète.
David Gemmell exploite de nombreux thèmes récurrents dans ses différents romans dont, entre autres, la Source, l’énergie influençant chacun de ses mondes, la naissances de Légendes et le combat. L’Écho du Grand Chant réunit ces ingrédients avec subtilité, pour obtenir un dosage moins « physique » que les romans autour de l’empire Drénaï. Il bâtit un ensemble avec finesse autour de la nostalgie des personnages face au monde obligé d’évoluer qu’ils ont connu, pour certains, depuis plusieurs centaines d’années. Il résonne de la détresse de connaître la fin d’une civilisation et de l’espoir que l’avenir sera meilleur. En tout cas, face à la menace qu’ils doivent affronter, ils n’ont d’autre choix que d’allier leurs savoirs et leurs forces pour sauver le peu d’humanité qui a subsisté. Et le résultat est passionnant. Gemmell sait présenter des personnages charismatiques, imposants et humains. Même un fou meurtrier devient entre ses doigts un être attachant, c’est pour dire ! Il nous permet également de relier cette histoire à d’autres, de rechercher les points communs entre chaque univers et de nous questionner autour de l’imagination fertile qui transparaît derrière ces lignes. Malgré les répétitions de trames qui transparaissent souvent entre ses romans, L’Écho du Grand Chant apporte une dimension supérieure à d’autres titres et est un véritable régal. Néanmoins, méfiez-vous, l’ensemble, efficace, se lit très vite.
Je vous le conseille avec grand plaisir, en suggérant toutefois aux grands amateurs de l’auteur de ne pas lire toutes ses oeuvres dans la foulée, mais plutôt d’espacer leurs découvertes.

— Aphraël

Éditions Bragelonne, 2004
20 Euros

%d blogueurs aiment cette page :