"Les Capelans – Tome I – La prophétie" de Christophe Guilbaud

C’est par une nuit de tempête que va naître Jebane, et sa naissance coûtera la vie à sa tendre mère. Mais quel secours attendre quand on vit isolé de tout et de tous ? Aussi, est-ce plein de chagrin que son père va emporter le nouveau-né à la recherche de la plus proche aide possible. Pour cela, il va falloir traverser une forêt dangereuse infestée, entre autres, de brigands. Qui voudrait s’attaquer à un homme et un bébé ? Des brigands, justement. Le malheureux père n’aura que la force de porter l’enfant jusqu’aux pieds d’un brave paysan, dont l’épouse, Méline, va accueillir avec joie ce don du ciel.

Voilà le décor planté, bien classique donc, comme l’enfance de ce gentil jeune garçon – désormais baptisé Lorillou – sur laquelle on passera très vite sinon pour apprendre ses capacités particulières à communiquer avec toutes sortes d’animaux, de son brave jappard affectueux à un royagle ou un hurle.
C’est cette faculté qui va le faire remarquer par un père capelan alors que, accompagnant son père adoptif à la foire dans le gros bourg proche, il va calmer un beuglant affolé.
Parallèlement, nous allons suivre l’éducation donnée par un de ces capelans, le père Gawin, à la jeune Iselane et à son ami, Siman et apprendrons ainsi le rôle de cet ordre si sage qui se trouve menacé par un des leurs, Lupon, figure emblématique du Bien dévoyé par le pouvoir.
Peu de temps plus tard, les chemins des protagonistes vont évidemment se croiser après que Lorillou ait décidé de vivre sa vie et de suivre une jeune saltimbanque. Le groupe l’adoptera d’autant plus volontiers en raison de son empathie avec les bêtes. Mais, dans une histoire, rien ne saurait jamais aller pour le mieux, sans quoi, il n’y aurait pas d’histoire : la « vraie » rencontre avec les capelans novices, que ses facultés vont aider au cours de leurs épreuves d’initiations, et avec le Guide Alzar, leur supérieur, va l’ouvrir à de nouveaux horizons. La découverte du mal, personnifié par Lupon, et les paroles d’une ancienne prophétie, vont l’aider par la suite à organiser la résistance et à s’en voir confier la tête, puissamment secondé par les animaux, épervard et hurle en tête. J’avoue avoir trouvé ces dénominations systématiques très insupportables pour des animaux qui n’ont rien que de très ordinaire… et tant mieux. Cela change des monstres improbables dont toute une littérature nous rebat les oreilles pour faire couleur locale. Ce parti pris « néologique » ne semblait donc pas s’imposer pour un roman de facture aussi traditionnelle. Pour autant, il serait injuste de bouder son plaisir pour ce premier tome. Voici un livre qui n’a rien ni de très exceptionnel ni de très original, mais qui est très honnêtement construit, d’un style agréable, et plein d’une certaine fraîcheur, tout à fait à l’image de l’illustration de couverture. Juste ce qu’il faut pour des vacances… Je n’ai pas regretté ma lecture…

— Hélène

ISBN 2-915685-19-3
Normant Éditions
19 € – 355 pages

%d blogueurs aiment cette page :