« Les Conseillers du Roi – Les chroniques de l’Hudres I » de Héloïse Côté

Que dire des Conseillers du Roi ? Que ce n’est pas une lecture désagréable.
Qu’à la fin d’une longue campagne, Magne, le roi de l’Hudres ne soit victorieux contre l’ennemi héréditaire, le Namarre, royaume des adorateurs de Shir, Le dieu, que pour perdre la vie et celle de son héritier dans un bref combat contre la peste ? c’est de bonne guerre. Que la reine Lyntas, princesse namarre humiliée, veuve satisfaite et mère éplorée, ait à cœur de transformer cette défaite en victoire est humain.
Alors, quoi de plus logique lorsque sa capitale est attaquée par les Osjes, non moins fanatiques, mais adorateurs de Shirana La déesse, qu’elle fasse appel aux vrais défenseurs du royaume qu’elle avait écartés ? mais pas au risque de la destruction totale de ce territoire devenu à présent le sien.
Cela déplaira à son allié naturel, Vilsin, le grand prêtre de Shir. Cela ne plaira pas davantage aux conseillers qui la soutiennent, par lâcheté ou intérêt peut-être ; mais Lyntas sait tout à la fois jauger et manipuler ces « outils » que le destin lui a mis entre les mains. Elle entend donc bien se servir au mieux de chacun, y compris de son opposant, le vieux duc Egire qui a gardé à l’Hudres la fidélité qu’il devait à son roi.
Ce premier tome des Chroniques de l’Hudres est donc consacré à la recherche qu’il entreprendra, accompagné de son neveu Fyae dont il entend faire un homme, de ces héros indispensables : Léonte, Maître de l’Ordre des chevaliers de Shirana, Léane, la grande prêtresse et Dansec, l’ami et rival, qu’onze ans d’amour et de rancoeurs ont séparés.
Intrigue bien classique donc, un peu trop justement. À l’exception de Dansec, un tout petit peu plus fouillé, tous les protagonistes sont extrêmement stéréotypés. Tel quel, ce roman, se met en place comme une première présentation de personnages pour un jeu de rôles. Chacun est un tel « modèle » que même le traître est un traître modèle. La trame est donc cousue de fil blanc. Pour autant, ne manquent ni l’action, ni les rebondissements.
Il serait pourtant injuste de se cantonner à une approche aussi rudimentaire. J’ai évoqué, à cette lecture, les tout premiers Weiss et Hickman, partant, ce qu’ils avaient écrit par la suite. Héloïse Côté est un tout jeune auteur, et c’est son premier roman. Il me semble qu’elle pourrait bien tenir avec le temps, les promesses attendues par l’éditeur et réserver à ses lecteurs d’agréables surprises.

Éditions Alire
305 pages
ISBN : 9-782922-145878

%d blogueurs aiment cette page :