"Les fantômes d’Ombria" de Patricia A. Mc Killip

C’est difficile d’amuser un petit garçon très aimé alors que son père agonise. Et c’est plus difficile encore quand ce père, auprès duquel on voudrait tellement être présente, est le prince lui-même. Mais garde-t-on sa maîtresse auprès d’un mourant quand le pouvoir est là, juste à portée de main ? Oh, le temps qu’il la revoie une dernière fois, et puis on la chasse ! Et c’est avec grand plaisir que Domina Pearl s’en charge. Pour elle, qui s’apprête sans doute à régner, Lydea est déjà morte. Pourtant ce n’était pas pour les honneurs que la jeune femme vivait auprès du prince Royce, mais bien par amour et, si affolée qu’elle soit en fuyant le palais, elle ne peut s’empêcher de craindre pour le jeune Kyel. Le laissera-t-on régner ? Ou ne faut-il pas redouter qu’il lui arrive quelque chose ? Et qu’en est-il de l’étrange Duncan, neveu bâtard très aimé du défunt ? Peut-être est-il de mèche avec Domina Pearl, ou est-il capable de lui tenir tête ?

Si dangereuse qu’elle soit, la fuite de Lydea va être courte ; elle n’arrivera pourtant à l’auberge de son père qu’avec l’aide d’une bien curieuse créature, Mag. Ainsi va-t-elle pouvoir survivre. Difficilement pourtant, car ce n’est pas un père généreux qui va l’accueillir : on n’a rien à faire dans son auberge quand on est une ci-devant princesse et qu’on a semé les quelques joyaux qui vous restaient pour ralentir ses poursuivants.

Vont alors s’engager d’étranges chassés-croisés entre Lydea qui aimerait retrouver Mag, la simple poupée de cire créée par la puissante sorcière Faey qui joue ses propres jeux de pouvoir avec la redoutable Domina Pearl, entre Camas Erl, de sa garde, et Duncan Greve, qui erre dans les auberges en dessinant de curieux paysages ou portraits. Tous personnages qui se retrouvent, se découvrent et errent par des chemins qu’ils n’ont pas cherchés vers les buts qu’ils ont peut-être toujours recherchés.

Une fois de plus, Patricia A. Mc Killip, nous entraîne avec des fantômes de gens, à travers des fantômes de lieux, dans des passages évanescents qui sont ceux de la ville même d’Ombria et aussi ceux d’un rêve dans lequel on a plaisir à se perdre tout éveillé.

— Hélène

Éditions Points
326 pages – 7,50 €
World Fantasy Award 2003
Prix Imaginales étranger 2006
ISBN :29-782757-803417

%d blogueurs aiment cette page :