"Les Îles glorieuses I – Clairvoyante" de Glenda Larke

Une lecture extrêmement plaisante.
Non que l’histoire soit particulière. Une héroïne qui sait se battre pour l’avoir appris à la dure. Pour vivre dans un territoire de fantasy, les métis n’y sont pas forcément bien traités. Braise la sang-mêlée exécute donc les missions que lui confie Duthrick, Syr-conseiller vigile, en lui laissant espérer la citoyenneté au terme de vingt années de bons et loyaux services. C’est que, s’il méprise l’enfant trouvée, il ne méconnaît pas ses dons particuliers de clairvoyance. La plupart des Vigiles puisent en effet à la puissante magie des sylves qui leur donne une certaine mainmise sur l’ensemble des îles de l’Archipel.
Pour autant, ils ne sont pas invulnérables face à la redoutable magie carmine. Or Braise est née clairvoyante, c’est-à-dire tout à la fois insensible à ces deux formes de magie et capable de les voir agir. Précieuse ressource pour un conseiller politique retors.
Ainsi, Braise n’a-elle pas été envoyée tout à fait par hasard à la recherche de la castenelle, héritière de Château-Cirkase, qui a disparu à la veille de son mariage avec le Bastionnaire. Une union tout à fait souhaitée par les Vigiles.
En effet, à peine débarquée à la Pointe-de-Gorth, à la poursuite d’un bateau qu’elle soupçonne de trafic d’esclaves, et qui aurait pu transporter la jeune fille, elle va découvrir une magie carmine à ce point terrifiante qu’elle ne peut être pratiquée que par un maître-carme.
Et c’est elle-même qui va nous raconter son histoire. Car c’est là un des charmes de ce roman.
Voici une cinquantaine d’années, lors de leur découverte par les kellois, les Îles Glorieuses ont subi un si profond Changement que rien n’y sera plus jamais semblable.
C’est ici un de ces kellois qui rend compte de ses recherches à son oncle, anthropologue et ethnologue. Le récit est donc entrecoupé par les lettres de ce charmant neveu qui s’attache à faire découvrir ce qu’était le passé des Îles Glorieuses en retranscrivant soigneusement les paroles de Braise, une très vieille dame restée encore très imposante.
Cette façon de mener le récit et le style de l’auteur lui donnent une grande vivacité et rendent l’héroïne fort attachante sans que les personnages secondaires soient délaissés pour autant.
À conseiller donc, aux amateurs de fantasy comme à ceux d’aventure.

— Hélène

Éditions J’Ai lu
412 pages – 7,60 €

ISBN : 978-2-290-02725-7

%d blogueurs aiment cette page :