"Les larmes étaient leur pardon" de Marc Vassart

« Les Larmes étaient leur pardon » est un savant compromis entre le roman d’aventures, le roman d’espionnage et le roman scientifique.

L’auteur, Marc Vassart, a su mêler ces différents genres avec talent, faisant de son récit une fiction à la fois distrayante et instructive.

Partant du présent, l’histoire remonte dans le passé et se construit au travers de sept chapitres ou plutôt de sept chakras, déjà évoqués dans l’introduction.
La progression jusqu’au septième d’entre eux, conduit le héros à une prise de conscience importante, une forme de sagesse.
Mais est-il le seul à être emporté dans cette voie ? N’entraîne-t-il pas avec lui le lecteur qui, au fil des pages, trouve ample matière à méditation.
Car, en effet, nombreux sont les thèmes de réflexion soulevés dans ce livre, des thèmes délicats et, ô combien, d’actualité tels le trafic, la décimation d’espèces animales et végétales, le clonage, la survie de l’homme…

Marc Vassart y porte un regard sévère mais lucide : l’homme, pour son profit, détruit les richesses que la nature a créées. Mais ce profit n’est pas forcément dans son intérêt car, trop souvent, ce qu’il détruit est indispensable à sa propre survie.

Voilà un beau plaidoyer pour la sauvegarde de dame nature. L’auteur, scientifique de formation, met ses connaissances au service du lecteur, illustrant son propos de références fort édifiantes, telle celle sur la disparition des rhytines et leur complète destruction (en 27 ans seulement !) au XVIIIe siècle, bien triste histoire sans doute inconnue du profane.

Marc Vassart livre toutefois ces informations avec beaucoup de finesse, évitant ainsi de faire de son ouvrage un cours magistral, pédant et volontiers fastidieux.
Bien au contraire, « Les Larmes étaient leur pardon » se lit facilement et agréablement, et ne saura laisser indifférents ceux qui sont sensibles aux maux de l’humanité.

— Psyché

Collection Sous le Vent
Éditions Le Navire en pleine ville
ISBN 978-2- 916517-15-5
270 pages – 17 €

%d blogueurs aiment cette page :