"Les limites de l’enchantement" de Graham Joyce

La jeune Fern a été élevé par une vieille guérisseuse assez inhabituelle. En marge des conventions, Maman Cullen est une sage-femme à l’ancienne œuvrant dans l’illégalité, à cause de son illettrisme et, surtout, de sa faiblesse envers les jeunes femmes en mal de contraception…

Au milieu des années 60, Fern va devoir accepter son héritage et son esprit vagabond tout en faisant face à l’évolution des mentalités et des mœurs. Un seul faux pas suffit, et l’ensemble de la communauté qui les a toujours soutenues se retourne contre elles. Fern devra faire preuve de beaucoup de courage, de volonté et de persévérance pour s’en sortir.

Les limites de l’enchantement est un roman à la limite de l’imaginaire, très doux et passionnant. Malgré une éducation très terre à terre et tout à fait dépassée, la jeune Fern va découvrir les années 60. Elle va utiliser d’anciens souvenirs, mettre en avant ses connaissances et, surtout, se rendre attachante au lecteur avec ses expériences et sa vision de l’Angleterre en pleine évolution. Comment va-t-elle s’en sortir ? Va-t-elle poser la Question et accepter les croyances de sa mère adoptive ? Va-t-elle, simplement, pouvoir garder sa maison ?

Beaucoup de questions très prosaïques ou très singulières qui renouent avec la sensibilité de Lignes de vie. C’est un roman à conseiller à tous les amateurs de romans anecdotiques et chaleureux, vivants et motivants, qu’on dévore avec un immense plaisir.
N’hésitez pas à vous le procurer et à le partager.

— Aphraël

Traduction Mélanie Fazi
Éditions Bragelonne – 20 €
ISBN : 2-35294-025-7

%d blogueurs aiment cette page :