"Les Monarchies Divines II : Les rois hérétiques" de Paul Kearney

Deuxième tome de la saga des Monarchies Divines, les Rois hérétiques décrit le développement du chaos à travers tous les niveaux de l’histoire et n’hésite pas à jouer la diversité des lignes narratives.

En plus de subir l’invasion des Medruks, ces soldats de l’Est vénérant Ahrimuz le Prophète, les Ramusiens doivent faire face à une guerre civile ouverte entre les royaumes partisans de l’église d’Himérius et les trois – l’Hebrion, la Torunnie et l’Astarac – qui composent le camp sécessionniste regroupé autour du pontife Macrobius que tout le monde croyait mort à Aekir. L’heure des alliances et des stratégies politiques est révolue et il est maintenant temps de prendre les armes et d’assumer dans le sang et la fureur des batailles les décisions passées.

Une lueur d’espoir pourrait néanmoins surgir de l’un des épicentres de la conflagration : Charibon, la cité pontificale, abrite des archives oubliées qui pourraient révéler aux hommes combien leur guerre de religion se fonde sur la méprise. Mais à trop remuer la vase autour de secrets enfouis, les moines Albrec et Avila risquent de réveiller de dangereux carnassiers.

De son côté, Corfe, l’unique officier survivant d’Aekir, semble être le seul à se préoccuper de l’avancée des Medruks et à se jeter corps et âme dans une guerre pratiquement perdue d’avance. Et ce ne sont pas ses brillants faits d’armes qui lui valent de monter en grade de chapitre en chapitre ni l’amitié que lui porte Macrobius qui le préserveront du mépris du roi Torunien et de son état-major. Le voilà donc obligé de compter sur l’aide occulte de la mère du roi et de composer avec des troupes au rabais pour aller guerroyer loin du cœur du conflit.

Abeleyn, le jeune roi hebrionien tente désespérément de rejoindre son royaume, qu’il a du quitter pour assister au conclave des rois, et que les Himériens mettent à feu et à sang. Mais son chemin sera jalonné des embuches mortelles que lui tendent ses adversaires.

À côté de ce pandémonium, on pourrait penser que la découverte du mystérieux continent occidental par le navigateur Hawkwood et ses compagnons va faire office de bouffée de fraîcheur. Il n’en est rien. L’attrait de l’exploration cède vite à l’horreur d’une contrée hostile où chaleur infernale, pluies diluviennes et pourriture galopante entravent toute tentative de progression et de colonisation. Et le pire est encore à venir : la rencontre avec les autochtones…

Après un début remarqué avec les Monarchies Divines, Paul Kearney parvient à nous servir une suite encore davantage haletante et passionnante. Difficile de lâcher ce roman tant l’on est brinquebalé de rebondissements en tragédies, de surprises en frayeurs. Si vous avez lu le premier, ce tome ne vous décevra pas. Si vous hésitiez encore à vous lancer dans cette saga épique, il est temps de mettre vos réticences de côté et vous laisser emporter dans le tourbillon furieux que génère la plume de Paul Kearney.

Michaël F.

Éditions Points Fantasy
Traduit de l’anglais par Marianne Thirioux
395 pages – 7€
ISBN : 2-02-085870-3

%d blogueurs aiment cette page :