"L’Homme-rune – Le Cycle des démons I" de Peter V. Brett

Il ne faut plus être dehors dès la tombée de la nuit, même si cela déplait profondément au jeune Arlen qui aimerait pouvoir se promener un peu plus loin dès qu’il a fini d’aider ses parents à la ferme. Seulement, il n’en est pas question car, avec les ombres de la nuit, les démons sortent de la terre et se densifient jusqu’à pouvoir attaquer et dévorer toute créature vivante. Et il faut non seulement être rentré mais encore avoir défendu sa demeure par des runes de protection qu’ils ne pourront pas franchir.
Sur ce point, du moins, Arlen et sa famille n’ont rien à craindre car son père et lui tracent parfaitement les runes et veillent avec soin à les entretenir. Tous n’ont pas cette compétence et lorsque le Hameau près du Bois sera attaqué, il y aura de nombreuses victimes et de nombreuses maisons incendiées. Si jeune qu’il soit, Arlen ira les aider lui aussi. C’est à cette occasion qu’il rencontrera un des Messagers. Des hommes courageux s’il en est qui parcourent le pays nuit et jour pour relier villes et villages malgré la menace permanente des démons. Si bien qu’ils soient armés et équipés de cercles de runes protecteurs, cela reste un métier très dangereux et très rémunérateur et, surtout, ils sont libres de voyager. Voilà de quoi tenter terriblement le jeune garçon.
Ce n’est pas pour les mêmes raisons que la jeune Leesha finira par souhaiter s’enfuir. Même avec le plus merveilleux des pères, la vie est également difficile dans son village, surtout avec une mère agressive, mais ses proches fiançailles auraient pu l’en consoler. Toutefois, rien ne se passe jamais comme cela devrait être. Pour autant, ce n’est pas rien que de devenir l’apprentie de la sorcière du village et Leesha, qui est douée, trouvera auprès de la vieille Bruna une vie autrement enrichissante que celle à laquelle elle se pensait destinée.
Le petit Rojer, lui, ne sera guère plus heureux. Sa mère lui permettra, certes, d’échapper aux démons, mais vivre auprès d’Arrick, jongleur qui a vécu son heure de gloire avant de tomber dans la misère et l’alcool, n’est pas de nature à rendre une enfance heureuse. Par chance, son violon est une consolation.
Comme dans tous les cycles, ce premier tome est consacré à la mise en place des personnages et à la préparation de leur rencontre. On passe donc de l’un à l’autre, ce qui est toujours un peu dommage, mais en s’attardant suffisamment sur chacun pour qu’ils acquièrent une réelle densité. Un roman de fantasy qui, pour suivre sans s’écarter les règles du genre, n’en est pas moins très agréable à lire.

–Hélène

Éditions Milady
430 pages – 18,99 €
ISBN : 978-2-8112-0179-1

%d blogueurs aiment cette page :