« L’Odyssée Dalemark IV » de Dianna Wynne Jones

dalemark4Si les trois premiers tomes se déroulaient dans un passé plus ou moins lointain, l’auteur nous ramène ici aux temps modernes. Pas aujourd’hui, non, ni tout à fait ici. Ni tout de suite. Parce que l’enfance du jeune Mitt ne saurait tout à fait effacer des traits de caractère qu’il aurait aimé perdre. Et même si la protection du comte Keril a changé sa vie, elle lui donne des obligations envers lui et la comtesse. Et celle-ci n’oublie pas qu’il ferait un parfait assassin. La victime désignée ? Une toute jeune fille du sang de l’Adon et qui s’est mis en tête de recouvrer la couronne des rois de Dalemark dont elle peut revendiquer l’héritage.
Rien qui puisse convenir aux comtes qui se sont partagé le pays, et moins encore à Keril, le plus puissant d’entre eux, en dépit de qualités certaines.
C’est ne pas tenir compte de l’évolution de Mitt, ni des desseins des dieux.
Mais, lorsque la jeune Maewen prend le train pour aller passer quelques jours chez son père, qu’en sait-elle ? Ce n’est pas qu’elle manque d’intérêt pour l’histoire d’autant qu’elle aime contempler les tableaux et discerner les parties anciennes du palais de Tannoreth dans lequel travaille son père. Ce qu’elle aime moins, c’est d’avoir été confiée par sa tante Liss aux bons soins de Wend, l’adjoint de ce dernier. Elle n’est plus une petite fille, tout de même ! D’un autre côté, lorsque l’on est importunée en voyage par un vieux monsieur bien curieux, ce n’est pas inutile. Seulement, ce Wend est bien étrange, et lorsqu’il affirme que ce vieillard était une émanation de Kankredin, le lointain sorcier auquel s’était heurté Hern et que lui même est un des Éternels – auxquels plus personne ne croit, c’est certain – la seule certitude de Maewen est bien qu’il est fou. Seulement, fou ou non, il va réussir à l’entraîner loin en arrière pour lui faire revivre le voyage de Noreth, la jeune prétendante à la couronne des rois de Dalemark dont l’histoire n’a rien retenu.
Ainsi la jeune fille entrera-t-elle à son tour dans le conte. Elle y rencontrera Mitt et Moril et affrontera le Mal avec leur aide. N’y était-elle pas prédestinée après tout en s’appelant Maewen Mayelbridwen Lechanteur ?
Après nous avoir plongés dans le lointain passé du Dalemark au cours du tome précédent, l’auteur, tout comme Tanaqui, ramène dans ce quatrième et dernier tome, La Couronne du Dalemark, chacun des fils tissés aux mains de Maewen. Jolie illustration, et voulue, des rapports entre tisseuse et conteuse.
Lu avec plaisir et conseillé, donc…

Éditions BAAM – J’Ai lu
477 pages – 15 €
ISBN : 978-2-290-01576-6

%d blogueurs aiment cette page :