Marmite & Micro-Onde n°16

Neuf consonnes et sept voyelles
Font le beau titre de cette gamelle

(Bises à Carla…)

Bien à l’aise dans sa nouvelle maquette depuis le précédent numéro, ce Marmite & Micro-Onde nous convie toujours à un festin de textes faciles à lire, clairement mis en page et correctement corrigés (une ou deux fautes, pas plus). On finirait presque par s’habituer à la vilaine gueule d’alien en couverture, jaillissant de son chaudron (en fait, ce doit être une marmite, et le blaster fournirait les micro-ondes). Le mot du patron place la barre très haut, nous gavant le menu aux superlatifs. Si le zine tient ses promesses, on va en avoir dans l’assiette jusqu’à plus faim ni soif.

Conte moderne, ou la casserole maudite, par Alain Kostov
Au début, un air de déjà vu s’installe, habilement désamorcé par l’auteur lui-même dès le dixième paragraphe. Le reste coule tout seul et se rue vers la chute dont le suspens est soigneusement incrémenté. Que la révélation finale tienne plus de la gamelle que de la chute n’ôte rien au plaisir de la lecture.

Recettes, par Brigitte Allègre
Saluons le tour de force d’une auteur(e) qui parvient à placer son nom dès le quatrième mot de cette histoire. Elle y conte et compte avec brièveté les recettes d’une bonne vivante qui sait faire abuser des plaisirs de la table. Si c’était la femme à barbe, celle-ci serait bleue mais pleine de miettes. Sans plus.

Circuit gastronomique, par Jeremy Semet
Première publication de ce jeune auteur, ce qui cette fois seulement lui évitera la blague « Jeremy le couvert ». Bon : ça, c’est fait. Quelques images éculées (pluie/larmes, crâne chauve/œuf), banalités (McDo pas bon) et imprécisions (odeur de milk-shake « rance » ?) sont ragaillardies par un langage assez vert et une saine colère contre la misère et la mort. C’est plantureux mais sans lourdeur de style. On peut toutefois rester sur sa faim (fin ?).

Une santé de fer, par Gaël Briand
Comment passer de l’abattement à la joie vengeresse dans un réfrigérateur mal tenu. Texte agréable, vif, sans longueur superflue ni grande portée philosophique, à part l’idée qu’en attendant suffisamment l’on trouve toujours plus pourri que soi. Il faudra juste que Gaël m’explique comment un jambon peut sentir à des kilomètres dans un frigo de 60 centimètres de large.

Mon grille-pain et moi, par Ketty Steward
Voilà pour moi l’exemple de la bonne recette qui aurait mérité d’être mieux cuisinée. Un temps de cuisson un peu long (l’auteur digresse au lieu de dégraisser), quelques ingrédients un peu lourds (la découverte du Mac, le grille-pain comme jauge à femmes)… et pourtant un style à point bien coulant qui fait regretter le manque de tenue de l’ensemble. D’autant que la phrase de chute m’a régalé. Une prochaine fois ?

Schnaps à volonté, par François Schnebelen
C’est la cerise sur le gâteau. La nouvelle par définition : une bonne idée, une seule, et une bonne façon de la raconter. Le style bien vert, d’une vulgarité jouissive (c’est bon quand on sent que c’est voulu et non subi) peut rebuter. Lorsqu’on a goûté au Rasteputz est-allemand, telle histoire prend des résonances toutes personnelles (et douloureuses). Pourtant, j’en redemanderais…

Un zeste de fiel, par Rachel Gibert
Encore une bonne idée bien troussée… jusqu’au dernier paragraphe. Pourquoi nous avoir précisé que les mots en italiques sont culinaires ? On comprend vite et le propos tenu (de la violence dans l’art d’accommoder) n’avait pas besoin de cette mise au point. Final.

Donc bravo Philippe (Heurtel) : cette marmite semble encore servir le meilleur ragoût. D’autant que les illustrations de Timothée Rey, avec leur légèreté et leurs délicates nuances de gris, apportent de jolies bouffées d’air. A noter aussi, l’essai Pop Art de Michelle Bigot, bien claquant.
Il va falloir que je laisse la chronique à d’autres, sinon je vais finir par avoir mon rond de serviette dans cette brasserie de bonne tenue.

— Don Lo

Marmite & Micro-onde
24 pages pour le n°16
Téléchargement gratuit : marmite-et-micro-onde.org
Version papier : 1,59€ ou 3 timbres à 0,53€
Commande : Philippe Heurtel, 9-11 rue des Lavandières St Opportune – 75001 Paris
Contact par mail : voir le site

%d blogueurs aiment cette page :