« Petit dragon et le crâne de cristal » de Philippe Halvick

petit_dragonAmusée je suis car s’il s’agit là, au bout de dix ans, d’une reédition de son premier roman qui fut suivi de beaucoup d’autres, on y retrouve exactement l’auteur.
Un héros, comme à l’habitude, moins finaud qu’il ne le croit mais moins malchanceux qu’il ne le pense.
Avec une mini-équipe de bric et de broc qui doit tout au hasard mais un hasard vraiment heureux parce qu’eux, s’ils ne sont pas vraiment chanceux, sont efficaces. Et puis, titre oblige, un petit dragon tout juste sorti de l’œuf avec tout l’enthousiasme qu’on peut imaginer.
Ainsi donc, Frann Tyckloc Golpay, voleur ni trop argenté ni trop téméraire, parce qu’il a surpris la conversation de deux bourgeois au Sanglier Ivre, sa taverne de prédilection, s’apprête-t-il à s’enrichir à peu de risques. Pensez donc, une riche villa momentanément désertée par son propriétaire et ses gardes eux-mêmes !
Mais les bonnes affaires sont rarement ce qu’elles paraissent et Frann va en faire la douloureuse expérience. De ce piège, car c’est un piège, il pourrait bien ne pas se tirer vivant malgré les promesses de Gwarfick, l’horrible mage noir qui le lui a tendu. Frann devra donc rapporter le crâne, de jade s’il vous plaît, d’un très puissant et antique sorcier.
Si l’on vous dit qu’aucun aventurier à l’avoir jamais tenté n’en est revenu, serez-vous surpris ? Mais pas le choix.
De l’heroic-fantasy assurément, mais de fantaisie, car la dérision est de mise chez Halvick. Si l’on y rencontre un barbare, c’est tout de même un barbare lettré. Mais elfes, trolls, loups sauvages, araignées et dragons sont aussi présents à l’appel, de même que les bourgmestres véreux et les horreurs en tout genre. Bref, de quoi mener une quête exemplaire, et presque dans les temps impartis puisque c’est là qu’est la gageure. Mais la fortune sourit aux audacieux, dit-on. En ce qui concerne notre voleur, il serait plus juste de dire qu’elle sourit aux inconscients.
Une lecture pour rire donc, sous une couverture style BD tout à fait appropriée due à Mathieu Coudray.

Éditions À Contresens 
317 pages – 17 € 
ISBN : 979-10-90408-01-2

%d blogueurs aiment cette page :