« Satinka » de Sylvie Miller

Jenny est serveuse à Calfax, petite ville tranquille de Californie, avec de chouettes patrons qui la chouchoutent. Pas la situation qu’aurait souhaité sa mère mais, voilà, elle aime les trains. Elle en a toujours rêvé même. Des rêves qui paraissent si vrais qu’ils la mettent mal à l’aise. Et c’est cette « anormalité » qui l’a poussée à partir vivre de son côté.
Seulement, voici que ces rêves commencent à porter sur sa santé : maux de tête, crampes, saignements de nez mais, surtout, cela ne se borne plus seulement à des rêves. Elle commence à avoir des visions. En tout cas, se faire soigner quand sa mère vous a répété des années durant que vos élucubrations vous conduiront à être internée, c’est non.
Toutefois, lorsque cela se manifeste devant Mike – l’ami d’enfance et le confident de toujours – en découvrant son cadeau d’anniversaire : un boulon, souvenir de la grande épopée du Chemin de Fer, tout va changer. À la fois dans leurs relations, car le jeune homme se veut davantage qu’un ami protecteur, et dans toute la vie de Jenny avec laquelle ils vont rencontrer ensemble l’antiquaire qui a vendu l’objet.
En parallèle, l’autrice nous entraîne dans l’aventure, et dans le temps, lorsque la distribution de terres aux pionniers dans la Sierra Nevada, commencée dans la paix, débouchera sur le massacre des indiens dépossédés et que de longues files de colons entameront depuis le Missouri un long périple vers une Californie qui les fait rêver.
Une route qui sera dure pour chacune des familles du Clan irlandais qui, après avoir du fuir la famine qui sévissait chez elles, débuteront au printemps 1866 leur longue marche vers ce nouvel Eldorado. Et si leurs épreuves sont différentes, elles ne seront pas moindres que celles rencontrées par les travailleurs immigrés du tout premier chemin de fer transcontinental alors en construction et qu’elles auront l’occasion de croiser.
Une autre voix encore se fera entendre, dont nous ne saurons longtemps ni d’où elle vient ni où elle va, et qui relie chacune des autres.
Ainsi Jenny, à la recherche à la fois de l’origine de ses visions et de sa famille maternelle qui lui a été cachée, va-t-elle remonter une piste inattendue qui la mettra, entre autres, à la tête d’un héritage d’autant plus délicat qu’il est revendiqué par la pègre chinoise. Curieux hasard…
Ou comment retrouver, à partir d’un boulon de rail, non seulement l’histoire de la construction de la voie ferrée d’Omaha à Sacramento, mais celle de cultures et folklores indiens, asiatiques et irlandais.
Au final, un mélange particulièrement réussi de genres que rien ne prédestinait à se côtoyer : thriller, histoire, ethnologie, magie, le tout saupoudré d’un soupçon de romanesque… Une vraie bonne surprise et, ce qui ne gâte rien, sous forme d’un beau livre relié plutôt que broché doté d’une illustration de couverture due à Xavier Collette.

Éditions Critic
511 pages – 25 €
ISBN : 978-2-37579-009-0

%d blogueurs aiment cette page :