"Sirènes et autres dames des eaux" de Béatrice Bottet et Christine Adam

Une jeune sirène a l’air malicieux en couverture, voici qui laisse présager une certaine tendresse pour ces dames à la réputation rien moins que tendre. Elles occupent pourtant une place très particulière entre toutes puisque, de toutes les gracieuses créatures qui hantent les eaux, ce sont celles que l’on redoute le plus. Sans compter qu’au rebours de toutes les lois de l’évolution, elles sont passées des plumes aux écailles et, si elles ont conservé le charme de leur voix, elles ont acquis bien d’autres séductions que l’on était loin d’espérer chez ces vagues cousines des harpies.

S’il faut en croire Béatrice Bottet, elles existent en tout cas bel et bien et, s’il vous faut des preuves, en voici, descriptions biologiques et mœurs détaillées à l’appui. Sans compter les contes : qui pourrait croire à l’inexistence d’une créature dont atteste un vénérable disciple de Saint Colomba ? Ah, direz-vous, les chapiteaux d’églises ne sont pas avares de créatures en tout genre ! Voilà bien qui atteste de leur réalité, non ?
Les ondines, quant à elles, si elles peuvent avoir un caractère affirmé, voire rancunier, bénéficient de plus de complaisance. Elles sont dites beaucoup plus douces et généreuses, sans doute parce qu’elles aimeraient avoir une âme et sont prêtes à consentir pour cela à un certain nombre de sacrifices tels que s’éloigner à jamais de l’eau, accepter de vieillir et mourir et, pire, devenir la vertueuse petit femme soumise d’un humain dont, on le gage, les vertus seront certainement moins durables. Bref, on comprend que toutes ne s’y résolvent pas et préfèrent hanter les fontaines des villages dont les habitants les honorent volontiers, même si certains ecclésiastiques les voient d’un assez mauvais œil.
Un livre, très joliment illustré par Christine Adam, où vous apprendrez également tout, ou presque, sur ces figures gracieuses quoique dangereuses, que sont aussi les nixes, dames des lacs et autres lavandières de la nuit mais dont la conclusion, hélas, ne vous surprendra guère : vous avez peu de chance de les voir jamais à une époque où les rivages des océans sont devenus le passage obligé des touristes quand ils ne sont pas jonchés de tristes détritus ou envahis de pétrole.
À lire et à regarder… avec grand plaisir.

— Hélène

Éditions Casterman – la bibliothèque du fantastique
14,95 €
ISBN 978-2-203-01572-2

%d blogueurs aiment cette page :