« Traquée – Rebecca Kean I » de Cassandra O’Donnell

9782290032060En voyant l’épaisseur du bouquin dans la pile de services de presse, j’ai eu un gros moment d’hésitation : je ne suis pas fan de bit-lit et le volume est bien épais. Mais, en le feuilletant, il n’abrite que 474 pages. Du coup, par curiosité, je l’emporte.

C’est un roman inédit et les crédits m’indiquent qu’une Nathalie Gendre a dû souhaiter signer du nom de plume de Cassandra O’Donnell, sans doute plus « glamour » (ou pour ne pas se commettre en littérature de genre ?). Donc de la littérature francophone, d’une auteure débutante ? Google ne m’aide pas beaucoup…

Alors…
Rebecca Kean (Pourquoi ce nom de Kean alors qu’elle est française ? Un nom d’emprunt ? La suite du roman ne me l’apprendra pas, mais je le suppose puisqu’elle se cache…) est une sorcière de guerre surpuissante qui a fuit son clan, et la France, parce qu’elle avait eu une liaison avec un vampire, ennemi mortel des siens (et accessoirement un enfant, une petite fille prénommée Leonora).
Elle arrive dans une petite ville des USA où vit une concentration impressionnante de créatures surnaturelles : vampires, démons, loups-garous, muteurs (pourquoi y’a-t-il un clan de muteurs pour toutes les créatures garous différent du clan des loups ?), chamans (les grands absents de l’intrigue) et potionneuses (alors Rebecca est une super-sorcière, mais, dans ce trou paumé, on ne trouve que des sorcières à potions).
Puis des créatures sont enlevées et on demande son aide à Rebecca parce que, sinon, il n’y aurait pas de roman.
Le super-vampire du coin tombe amoureux d’elle, mais un démon veut se la faire aussi, ainsi qu’un loup-garou et… un muteur ? On dirait bien, yep.
L’intrigue, même si elle n’est pas follement originale, pourrait néanmoins se défendre pour un honnête roman de détente sans prise de tête. L’auteure arrive même à trouver une explication à l’attrait de Super-Vampire pour l’héroïne.

Sauf que…
L’auteure devait être pressée par un délai imaginaire car elle n’a pas jugé utile de se relire. Et personne, dans l’équipe de son éditeur, ne l’a jugé utile non plus. Du coup, l’action laisse souvent la place à un agacement justifié.
Les loups-garous se transforment ? Ben, sans se déshabiller, c’est évident, ils ont les moyens de perdre toute leur garde-robe régulièrement, même une petite robe de créateur.
Le temps ? C’est pour les mauviettes : pourquoi l’action devrait-elle se plier à un enchaînement normal des heures ? Rebecca a un vrai boulot, mais, visiblement, elle n’a pas besoin d’y justifier ses absences de plus en plus fréquentes.
Un exemple de nimportenawak flagrant : notre sorcière bien-aimée est allergique aux félins. Couverte de poils, éternuant, elle pense qu’elle doit absolument rentrer chez elle se doucher et prendre des médocs. Mais, la seconde suivante, elle part faire autre chose et n’éternue plus du tout. L’auteure aurait pu nous glisser un « une heure plus tard », mais c’était sans doute trop simple ?
Bien sûr, on a aussi le droit à la même phrase à une page d’intervalle, aux effets de style douteux et répétitifs… et, au milieu du roman, brusquement, Rebecca aime les séries télé… et, là, cerise sur le gâteau : dans ce déroulé de bit-lit très moyen, Buffy est qualifiée de kitsch (hôpital ? charité ?).

En conclusion, et à mon propre étonnement, je suis allée jusqu’au bout parce que je voulais trouver les justifications à toutes les pistes posées, mais la fin annonce une suite…
Si l’auteure ou l’éditeur ont une prise de conscience et s’aperçoivent que publier un roman, c’est un vrai travail, je crois presque que c’est jouable et qu’on pourrait avoir une petite série sans prétention avec sa dose d’action. Mais, en l’état, c’est médiocre. (Et, comme le tome 2 parait incessamment sous peu, je pense que c’est cuit…)

J’ai lu
ISBN : 978-2-290-03206-0
474 pages – 12 €

%d blogueurs aiment cette page :