« Apprendre, si par bonheur » de Becky Chambers

Sorti en 2019 et traduit chez L’Atalante en 2020, sous une magnifique couverture de Nicolas Sarter, To Be Taught, If Fortunate de Becky Chambers est profondément inspiré de l’approche positive des astronautes et politiques qui ont lancé les sondes Voyager dans les océans cosmiques, en particulier le beau message du secrétaire général des Nations Unies Kurt Waldheim.

Apprendre, si par bonheur est très particulier. L’autrice a délaissé les belles aventures de sa série lumineuse et humaine Les Voyageurs pour nous offrir une novella à la croisée des sciences et de l’imaginaire.

Le ton est résolument optimiste et suit les découvertes et les spéculations actuelles sur les conditions de voyage sur des distances cosmiques (santé, adaptations particulières comme des patchs qui aident à supporter les radiations ou protègent contre le manque de lumière, travail routinier, démarches scientifiques, communications dont les délais se comptent en années avec la base terrestre…)

Le récit commence comme un reportage pointu, le journal vulgarisé d’une équipe scientifique lancée non pas à la conquête de l’univers, mais à sa découverte. Les héros sont des scientifiques tout simples, pas des héros de space opera. Et pourtant cette novella nous pose d’emblée toutes les questions fondamentales que les explorateurs historiques sur Terre ne s’étaient jamais posées : comment observer d’autres mondes sans les déranger ni leur nuire définitivement. Comment en comprendre les mécanismes et comment les expliquer et les transférer à l’humanité sur Terre, une humanité alors indifférente à l’exploration spatiale.

Becky Chambers nous décrit un univers terrestre où les conditions climatiques et sociales sont sombres et où les gens ont oublié l’aventure spatiale des 20e et 21e siècles, même si l’individu est libéré des carcans du racisme et des injonctions sur la sexualité. Si la petite équipe de quatre astronautes a pu s’élancer dans un voyage interstellaire, c’est grâce à un gigantesque financement participatif, les États et les grosses entreprises ayant délaissé l’espace.

Peu à peu, la minutieuse description des activités scientifiques s’enrichit des relations complexes entre les astronautes, des difficultés et des réussites de leurs découvertes.
Découvertes à la hauteur des espérances les plus folles. Les planètes sont magnifiques, les formes de vie étranges ou familières.

Jusqu’à l’ultime découverte et l’ultime décision sur leur propre avenir. En effet, la Terre ne répond plus, le sens de leur voyage se perd. Pourquoi ce silence ? Qu’est-il arrivé sur Terre ? Faut-il continuer, aller plus loin encore ? Faut-il rentrer ?

Edité par L’Atalante
Traduit par Marie Surgers
144 pages – 12,90 €
ISBN : 9791036000454

%d blogueurs aiment cette page :