« Le Sang des 7 rois » de Régis Goddyn

7roisS’il y a sept royaumes, c’est qu’ils furent crées par sept rois. Sept rois de sang bleu. Mais ce furent des royaumes conquis dans le sang rouge des hommes qui ne pouvaient se mesurer aux immenses pouvoirs dont la magie avait doté ces sept fondateurs. Sans parler d’une durée de vie mesurée en siècles.
Des sept est issue toute la noblesse régnante mais, parce que la force ne s’accompagne pas toujours de vertu, leur sang bleu s’est répandu chez les gens ordinaires. Qui sait ce qu’il pourrait arriver si la magie l’accompagnait ? Le pouvoir ne se partage pas. C’est pourquoi des individus, toute leur famille, voire des villages entiers furent conduits au bûcher par les théocrates, représentants d’un clergé asservi à la noblesse.
Des histoires qui relèvent de la légende dans la petite vicomté de Hautterre, perchée dans les contreforts des montagnes de la Crête de l’Ouest. Un pays rude de froid et de neige aux frontières du Premier Royaume. Si perdu que rien ne s’y passe jamais sauf que deux enfants y sont soudain enlevés. Une petite paysanne. Le fils de l’aubergiste. Un village en émoi. Seulement, lorsque le sergent Orville envoyé sur les lieux découvre une bourse contenant douze pièces d’or à la place de la fillette, et qu’Edmond de Hautterre, averti, trouve autant de pièces d’argent sur le lit du garçon, il ne peut plus s’agir d’un enlèvement ordinaire. Le vicomte se doit alors de prévenir le roi et d’appliquer les ordres prévus.
C’est ainsi qu’en raison de sa loyauté, Orville, de simple sergent instructeur des gardes du château va être promu capitaine-ambassadeur-militaire et doté des pleins pouvoirs pour poursuivre les ravisseurs avec une petite compagnie. Des hommes aux capacités exceptionnelles, voilà qui n’est pas spécialement nouveau, pourrait-on dire, pas plus que des enlèvements d’enfants ou des quêtes. Ce serait même vraiment classique en ce qui concerne la fantasy.
À peine ceci posé que naît la première surprise car Orville ne doit pas du tout rattraper les coupables et ramener les enfants. Pas du tout. Au contraire, il doit simplement les pister autant qu’il lui sera possible et, chose étrange, tenir un journal détaillé de sa poursuite. Pas si simple pourtant, même avec une intuition quasiment visionnaire, lorsque vos compagnons sont tombés dans une attaque nocturne.
Et tout ça pourquoi ? Pour un roman qui, sans que rien n’ait permis de le prévoir, s’avère réellement original. Un premier roman de surcroît ! Écrit, malgré un ou deux mots un peu légers, dans une langue impeccable donc d’une lecture particulièrement plaisante qui n’a vraiment rien à envier aux grands noms du genre.
Sept livres sont prévus. Peut-être un peu beaucoup pour garder un intérêt soutenu jusqu’à la fin mais, tel quel, on peut certainement l’espérer. Vivement le tome suivant !

Éditions L’Atalante 
409 pages – 21 € 
ISBN : 978-2-84172-625-7

%d blogueurs aiment cette page :